S'identifier - S'inscrire - Contact

Auteurs

Entre autres choses, vous trouverez ici des textes du "collectif Calvin & Hobbes" plus inspiré par les personnages de Bill Watterson  que par les homonymes philosophes. Ce collectif d'écriture et de réflexion aux participations fluctuantes regroupe auteurs, apporteurs et correcteurs selon les saisons et les envies. D'autres y publient occasionnellement. Toutes ces chroniques sont également lisibles sur Blog à part, des chroniqueurs réunis autour de Vincent Engel.

Les chroniques de Barkas : L’élection de Trump est la victoire du dogme (de l’idée à l’emporte-pièce) sur la raison (2)

Faisan doré - Jmhullot  Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens.

Signé :

Et si finalement, ce n’était pas (totalement) une revanche contre la finance, la mondialisation,… Et si finalement, ce n’était pas (totalement) la victoire du peuple contre les élites,… Et si finalement, c’était la victoire de la bêtise, de la paresse à penser, celle de ceux qui n’aiment personne, pour qui, les homosexuels sont des anormaux que l’on peut guérir à coût de prêche, les femmes des putes ou des bonniches, les étrangers toujours profiteurs et l’homme blanc religieux, le seigneur du royaume…

Ou pas.
Ainsi m’écrivait un mien ami…

Quand un de tes amis prend le volant de sa voiture, après un repas arrosé, n’as-tu envie de le traiter de gros con ? Et s’il a un accident, n’as-tu pas envie de passer à la vitesse supérieure ? C’est somme toute et sans doute légitime.

Mais la question reste, pourquoi deux individus au même taux d’alcoolémie auront-ils un comportement différent ? (Comme je ne suis pas un spécialiste de cette addiction comme praticien ou comme pratiquant, vous excuserez, j’espère, mes raccourcis). Est-ce une question culturelle (au sens de la culture de groupe), d’éducation fondamentale,  de prescrits publicitaires, de machisme, d’envie suicidaire ? Il n’empêche que nombre d’entre nous considèrent cela comme une action stupide, voire mortifère ?

Mais il n’est pas de bon ton de considérer certains votes de la même manière. Pourtant, ce n’est l’envie qui me manque[1]. Voter pour une équipe dans laquelle, les valeurs prônées sont un mélange de conservatisme exacerbé, de racisme, de misogynie, de créationnisme, de goût pour l’argent, de religion[2], ne démontre pas une envie réelle de changement. Notons que dans certains pays, le « racisme » n’est pas une opinion, mais un délit. Notons que le créationnisme n’est pas une théorie scientifique mais une simple opinion religieuse, défendue dans certaines de ses formes par de réels  demeurés[3] .

Ceux qui veulent comprendre les votes de leurs contemporains ont énormément de pistes de réflexions, mais il n’y a aucune explication unique. Ceux qui veulent éviter le retour à des jours noirs peuvent se tourner vers de multiples solutions sans être certains qu’elles soient efficaces.

Une chose à faire, mais en fait, parfois psychologiquement difficile, est de briser la bulle de filtrage dans laquelle nous placent les technologies et médias modernes. Dans son article « Bulles de filtrage : il y a 58 millions d’électeurs pro-Trump et je n’en ai vu aucun[4] », Julien Cadot évoque deux choses intéressantes, d’une part, la bulle de filtrage, qui enferme une personne dans une image du monde qu’elle projette par des recommandations toujours plus ciblées, poussées par des algorithmes  ; d’autre part, le biais de confirmation. Article très intéressant à lire.

Même si les commentateurs sur les forums de journaux ou les réseaux sociaux ne peuvent être représentatifs de l’état de l’opinion, il n’en reste pas moins que le ton, les sujets développés expriment une tendance que l’on ne devrait pas ignorer, dans laquelle se mélangent le rejet, la haine, le dogme, le goût pour le conspirationnisme[5]… Entamer le dialogue relève de la gageure et pourtant certains s’y attèlent. Est-ce en pure perte ? Peut-être pas. En tous les cas, cela ne laisse pas le terrain libre et permet de toucher les indécis.

Pourrions-nous tenter l’humour, le second degré ? C’est apparemment un jeu dangereux qu’a joué Jean-Louis Aphatie «Si un jour je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais? Je raserais le château de Versailles. [...] Pour qu'on n'aille pas là-bas en pèlerinage pour cultiver la grandeur de la France.[6] » Les citoyens, mais surtout les politiques s’emballent au lieu de réfléchir et de vérifier.

Parlons-en des medias. Y a-t-il finalement des medias de grande écoute qui assurent une couverture suffisamment objectives dans les faits ? Quel est leur degré d’influence sur leurs lecteurs ou auditeurs ? Quelles sont les conséquences de leurs erreurs ou de leurs prises de position ?

Ce jeudi, plusieurs téléspectateurs attentifs ont été surpris par la transition assez maladroite du présentateur Jean-Pierre Pernaut. En effet, le journaliste a conclu un reportage sur les SDF avec une phrase qui fait polémique. «  Il n’y a plus de place pour les sans-abri mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir  », a-t-il commenté avant de lancer un reportage sur les migrants.[7]

Préoccupant également est le rôle joué par Facebook et Google dans la propagation de fausses informations avérées.

Une enquête de Buzzfeed menée sur les six pages les plus partisanes du réseau social révélait il y a quelques semaines que 19 % des posts d’ultragauche contenaient des fausses informations, et 38 % pour celles d’extrême droite. Surtout, les articles de ces pages contenant des intox étaient plus largement partagés que ceux relayant des faits exacts. […]

[Facebook] se retranche derrière l’idée selon laquelle les intox ont toujours existé dans le débat public. Grâce aux réseaux sociaux, celles-ci circulent pourtant beaucoup plus rapidement et sont susceptibles d’atteindre un public bien plus large. [8]

Par ailleurs, le « fact checking » est un outil intéressant pour démonter les erreurs ou les mensonges (essentiellement dans les discours politiques) afin de ramener une certaine objectivité. Mais il faut que le contradicteur accepte de débattre et il faut une source sérieuse pour s’informer[9], une source acceptée par les parties, ce qui n’est pas acquis vu le manque de confiance témoigné aux medias.

Les références historiques sont aussi intéressantes quand elles sont pertinentes, quand bien même elles seraient provocatrices pour les contempteurs de la raison.

Noam Chomsky fait l’analogie entre la crise des années trente et son cortège de misère et la situation actuelle.

« C’est intéressant de comparer la situation des années 30, que je suis assez âgé pour m’en rappeler”, a-t-il déclaré. “Objectivement, la pauvreté et la souffrance étaient plus grandes, mais même chez les pauvres travailleurs et les personnes au chômage, il y a avait de l’espoir qui manque aujourd’hui”, a-t-il ajouté. Noam Chomsky attribue une partie de cet espoir durant la Crise à la croissance d’un mouvement ouvrier agressif ainsi qu’à l’existence des organisations politiques en dehors du courant dominant. Aujourd’hui, cependant, il estime que l’atmosphère est assez différente pour les Américains qui sont profondément affectés par la pauvreté.

“[Ils] sont en train de sombrer dans le désespoir et la colère, pas vraiment orientés contre les institutions qui sont les agents de la dissolution de leurs vies et du monde, mais contre ceux qui sont encore plus sévèrement pris pour cible”, a-t-il déclaré. “Les signes sont familiers, et ils évoquent ici certains souvenirs de l’émergence du fascisme européen”, a-t-il conclu.[10] »

L'histoire et la psychiatrie peuvent expliquer l'élection de Donald Trump. Le psychiatre Boris Cyrulnik et la spécialiste de l'Allemagne, Isabelle Davion décryptent cette élection et réfléchissent au parallèle avec les années 30

Il ne s'agit pas du même phénomène que le nazisme, mais cette élection comme l'accession au pouvoir d'Hitler, de Pétain, d'Erdogan ou de Morsi démontre l'existence d'une défaillance culturelle". En effet, selon lui, le clivage dans la population de nombreux pays comme les Etats-Unis se creuse désormais selon un critère principal, l'accès ou non à la culture.[…]

 Avec le slogan "Make America great again", [Donald Trump ]promet la restauration d'un passé idéalisé. "C'est une promesse classique, celle de rendre le pays comme il l'était, de le redresser, analyse Isabelle Davion. De mauvaises décisions ont été prises, un nouveau mouvement propose donc de revenir à un passé où la crise n'a pas eu lieu, grâce à des solutions simples où la complexité du réel est effacée et où un ennemi est clairement défini: les Juifs, les immigrés."[11].

Il faut donc donner la possibilité au citoyen de comprendre le monde et de se réapproprier son destin.

François Rachline prétend que « si l'on donne les moyens aux individus d’être intelligents, ils le sont. [12]»

Cela suppose une refonte de notre démocratie représentative, de la part du citoyen et de ses élus. Faut-il suivre François Rachline dans sa volonté d’intégrer les citoyens à la délibération ?

D’un côté, les élections organisées tous les quatre, cinq ou six ans, ici en France ou ailleurs dans le monde des pays démocratiques, moment où les citoyens sont appelés aux urnes; de l’autre, à tout moment, l’expression des citoyens sur tout ce qui leur paraît justifier une prise de position. D’un côté, le mutisme pendant des années, avant de mettre un bulletin dans l’isoloir; de l’autre, une parole journalière, débridée. De cet écart naît, chez certains, ou l’exaspération à l’égard d’institutions qui tranchent pour leur vie sans qu’ils aient eu à en connaître, ou le rejet pur et simple de ce qu’on appelle encore la démocratie. La solution est dans la diminution, ou la suppression si possible, de cet écart. Comment changer la démocratie représentative pour qu’elle ne se suicide pas? En intégrant les citoyens dans la délibération. «L’organisation de la délibération», pour reprendre une formule de Pierre Rosanvallon, est urgente. Quand on permet aux citoyens de délibérer sur ce qui conditionne et détermine leur existence, ils deviennent associés au processus de décision. D’aucuns pourraient estimer que ce serait un autre danger pour la démocratie représentative que de s’en remettre à des citoyens non avertis. C’est souvent la position de ce qu’on dénomme les «élites». En réalité, quand on maintient les individus dans l’ignorance, ils ne peuvent que se révolter, de temps à autre, mais quand on leur donne les moyens d’être intelligents, ils le sont. Nous disposons aujourd’hui de ces moyens, grâce à la métamorphose numérique. Le monde autrefois diffus des individus est désormais accessible. Il est temps que nos démocraties renouent le dialogue direct avec leurs citoyens.[13]

Réfléchissons à tout cela…

Regardez cette livraison de Kiosque sur TV5 et le positionnement intéressant de Marie-Roger Biloa.

Et faisons-nous plaisir avec ces cinq Américaines, élues le 8 novembre 2016, qui nous font oublier Donald Trump parce que voir le positif est bon pour le moral.

 
 




• Vendredi 18/11/2016 • Version imprimable

Les chroniques de Barkas : L’élection de Trump est la victoire du dogme (de l’idée à l’emporte-pièce) sur la raison.

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens.

Signé :

« La question du jour : Sachant qu'ils sont tous les deux dangereux, préférez-vous un homme imbécile et incompétent ou une femme intelligente et efficace ? Vous avez 4 ans », écrivait quelqu’une sur sa page Facebook… Sans doute en réponse à l’affirmation qu’entre la peste et le choléra, nous ne pouvons pas choisir.

« Je crois malheureusement qu'Hillary Clinton va nous entraîner dans d'autres aventures militaires, car elle est un "faucon" perché à droite d'Obama. Mais peut-on confier le bouton de nos bombes nucléaires à Trump le psychopathe? Poser la question, c'est y répondre. » écrivait Michaël Moore dans une chronique[i] « Cinq raisons pour lesquelles Trump va gagner » bien antérieure aux élections.

Une autre écrivait que l’on ne peut arriver à jouer cette compétition sans qu’il y ait à l’avance des failles dans la biographie des personnages. Ce qui démontre à tout le moins un pessimisme sur le monde électoral.

Au bout du compte, c’est un individu raciste, misogyne à l’extrême, borné, climato sceptique, agressif, sociopathe, une sorte de clown d’Halloween friqué qui a été élu… [ii]Maintenant, il s’agissait peut-être d’une comédie. Cet homme se révélera peut-être le meilleure président que les Etats-Unis ait connu. On peut rêver. Surtout quand on connait son vice-président, « Mike Pence, Créationniste et homophobe, un vice-président à la droite de la droite »[iii].

Alors dans l’attente, penchons-nous plutôt sur son électorat…  Pourquoi donc voter pour cet homme riche ?

Le dernier tour de piste des Hommes blancs en colère ou l'effet Jesse Ventura, deux des cinq raisons qu’évoquent Michaël Moore dans la chronique précitée sont éclairantes et transposables dans nos pays.

Cécile Bertrand
Le dernier tour de piste des Hommes blancs en colère

Nos 240 ans de domination masculine risquent de se terminer. Une femme risque de prendre le pouvoir! Comment en est-on arrivés là, sous notre propre règne? Nous avons ignoré de trop nombreux avertissements. Ce traître féministe qu'était Richard Nixon nous a imposé le Titre IX, qui interdit toute discrimination sur la base du genre dans les programmes éducatifs publics. Les filles se sont mises à pratiquer des sports. Nous les avons laissées piloter des avions de ligne et puis, sans crier gare, Beyoncé a envahi le terrain du Super Bowl avec son armée de femmes noires afin de décréter la fin de notre règne! Cette incursion dans l'esprit des mâles blancs en danger évoque leur crainte du changement. Ce monstre, cette "féminazie" qui - comme le disait si bien Trump - "saigne des yeux et de partout où elle peut saigner" a réussi à s'imposer. Après avoir passé huit ans à nous faire donner des ordres par un homme noir, il faudrait maintenant qu'une femme nous mène par le bout du nez? Et après? Il y aura un couple gay à la Maison-Blanche pour les huit années suivantes? Des transgenres? Vous voyez bien où tout cela mène. Bientôt, les animaux auront les mêmes droits que les humains et le pays sera dirigé par un hamster. Assez, c'est assez!

Et cela ne nous n’est pas étranger. La mise sous pression de la Femme dans nos pays européens est une réalité. Le plafond de verre est une réalité. Les salaires moindres, la pression sociale, les positionnements sur la contraception (c’est l’affaire des femmes) ou sur l’avortement (elles n’ont pas à décider) sont une réalité. Le conservatisme est de retour et de plus en plus prégnant dans nos sociétés. Et le conservatisme a toujours été en défaveur des femmes et de leurs droits fondamentaux. Les petits blancs ont peur de tout, sauf de leur médiocrité.

L'effet Jesse Ventura

Pour conclure, ne sous-estimez pas la capacité des gens à se conduire comme des anarchistes malicieux lorsqu'ils se retrouvent seuls dans l'isoloir. Dans notre société, l'isoloir est l'un des derniers endroits dépourvus de caméras de sécurité, de micros, d'enfants, d'épouse, de patron et de policiers! Vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le souhaitez, et personne ne peut vous obliger à y faire quoi que ce soit. Vous pouvez choisir un parti politique, ou écrire Mickey Mouse et Donald Duck sur votre bulletin de vote. C'est pour cette raison que des millions d'Américains en colère seront tentés de voter pour Trump. Ils ne le feront pas parce qu'ils apprécient le personnage ou adhèrent à ses idées, mais tout simplement parce qu'ils le peuvent. Des millions de gens seront tentés de devenir marionnettistes et de choisir Trump dans le seul but de brouiller les cartes et voir ce qui arrivera.

Vous souvenez-vous de 1998, année où un lutteur professionnel est devenu gouverneur du Minnesota? Le Minnesota est l'un des États les plus intelligents du pays, et ses citoyens ont un sens de l'humour assez particulier. Ils n'ont pas élu Jesse Ventura parce qu'ils étaient stupides et croyaient que cet homme était un intellectuel destiné aux plus hautes fonctions politiques. Ils l'ont fait parce qu'ils le pouvaient. Élire Ventura a été leur manière de se moquer d'un système malade. La même chose risque de se produire avec Trump. Un homme m'a interpellé la semaine dernière, lorsque je rentrais à l'hôtel après avoir participé à une émission spéciale de Bill Maher diffusée sur HBO à l'occasion de la convention républicaine: "Mike, nous devons voter pour Trump. Nous DEVONS faire bouger les choses!" C'était là l'essentiel de sa réflexion.

Voter pour Trump va certainement faire bouger les choses (ou pas), mais comment ? Une politique à la Viktor Orban [iv] par exemple? Pourquoi voter pour des Trump ou des Le Pen ? Des candidats issus d’une élite qu’ils prétendent combattre, des candidats plus ou moins argentés qui se penchent sur le sort de leurs électeurs pauvres, des candidats qui disent tout et son contraire le plus sérieusement du monde, des candidats qui flattent les bas instincts…

Les Etats-Uniens auraient pu voter pour un candidat libertarien ou une candidate écologiste. Ils n’ont rien fait de cela. Ils n’ont sans doute pas voté dans leur majorité comme des anarchistes malicieux, au contraire des habitants de Reykjavík, en 2010 qui ont voté pour Jón Gnarr… authentique je m’en foutiste… qui déclarait vouloir le pouvoir pour « [s’]en foutre plein les poches sans se fatiguer » et en profiter pour « placer [ses] proches à des postes juteux »[v].

Mais Pourquoi ?

Tout le monde ira de son explication.

Laurent Sagalovitsch évoque la malbouffe culturelle :

Probablement qu'à force d'engraisser son cerveau de programmes de télévision d'une stupidité sans nom, de s'avaler des kilomètres de publicités d'une bêtise innommable, de s'enthousiasmer pour des films de super-héros d'une connerie abyssale, de passer ses soirées à converser sur des réseaux sociaux avec des individus aussi bornés et décérébrés que vous, a rendu le cortex cérébral si délabré, si inapte à fonctionner, que l'idée même du mal et du bien, de morale, de bon sens, a fini par disparaître. Ne reste plus qu'une sorte de cervelet tout juste bon à applaudir aux vociférations d'un petit chef dont on loue l'éloquence quand il ne s'agit que de formules à l'emporte-pièce, l'audace et le courage là où il n'est question que d'opportunisme et de récupération d'une colère plus ou moins justifiée, laquelle ne sert bien souvent que de cache-sexe à des égoïsmes et à des relents identitaires absolument détestables.[vi]

Le polémiste Marcel Sel va d’une certaine façon dans le même sens dans sa chronique « Le peuple est con[vii] »

D’autres parlent de la responsabilité des politiques, d’une certaine élite ou de la mondialisation[viii]. Elle est effectivement réelle. La manière de discuter du CETA en Belgique et en Europe en est un exemple récent. J’ai personnellement trouvé injurieux les propos de notre ministre des affaires étranges (sic) quand il me comparait à un électeur de Trump[ix]. Et quoique je ne sois pas un électeur de Paul Magnette, je suis d’accord avec lui quand il dit que tout cela n’élève pas le débat[x]. Quand un politique vous « ordonne de vous taire et de vous soumettre » le temps de son mandat. Parce qu’il a été élu… c’est lui qui décide. Il y a comme un certain déficit.

Certains veulent s’intéresser aux électeurs de Donald Trump en tant que citoyens souffrants et non en tant qu’électeurs. Cette faute tragique est répétée scrutin après scrutin par l’ensemble des vendeurs de soupe politicienne et beaucoup d’électeurs le sentent : cela accroit leur souffrance.[…] Bernard Stiegler consacre une partie de son livre à expliquer qu’un humain qui souffre sans possibilité d’identifier les causes de sa souffrance va se retourner vers le premier bouc émissaire qu’on lui présente. Nous ajoutons que cette tendance se renforce avec l’effet de masse plutôt que de s’y diluer : l’héroïsme nécessaire à ne pas céder à la tentation du bouc émissaire s’amenuise rapidement à mesure que la culpabilité de la lâcheté individuelle se fond dans la masse[xi].

Ce qui somme toute est logique… Pour « combattre », il faut comprendre.

Et puis, il y a ceux nombreux qui parlent d’éducation, d’information. Cela semble un sempiternel discours. Mais il a toute la légitimité nécessaire.

L’élection de Trump est la victoire du dogme (de l’idée à l’emporte-pièce) sur la raison parce que nous ne fonctionnons, communiquons peut-être plus qu’en utilisant des idées toutes faites qui nous empêchent de dialoguer.

On pourrait imaginer un Bart De Wever qui dirait… « Cher Paul (Magnette), en vertu de la régionalisation de certaines compétences que nous avons désirée pour asseoir notre autonomie, vous avez exercé légitimement votre droit de véto. Je ne suis pas d’accord avec la totalité de votre argumentation, mais j’ose espérer que notre premier ministre aura à cœur, en tant qu’arbitre, à trouver une proposition qui puisse apaiser vos craintes. » 

 
 


[ii]  Trump a dit à propos des femmes: «Il faut les traiter comme de la merde» et 140 autres inepties du futur président des États-Unis https://www.slate.fr/story/121287/141-raisons-donald-trump-mauvais-president



• Jeudi 10/11/2016 • Version imprimable

Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (3)

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens.

Signé :

Valeur, dogme, croyance ne sont-ils pas les enfants d’une même fratrie. Si le premier terme conserve la sienne, quand bien même, il serait mis à toutes les sauces, les deux suivants s’opposent réellement à un sens critique normalement développé.

Dans la précédente livraison de notre chronique, en visitant le monde des morts, nous remettions en question la capacité de raisonnement des vivants, adeptes fervents du cliché, ce que nous pourrions illustrer par « Si les morts ne se valent pas, les Maures seraient bien, eux, tous les mêmes ».

La meilleure réponse aux dogmes, aux croyances, aux clichés dans ce qu’ils ont de néfaste est bien entendu cet esprit critique.

Dans son Histoire des oracles (Wikibooks : Histoire des oracles), Fontenelle raconte la plaisante anecdote suivante :

« En 1593, le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie, âgé de sept ans, il lui en était venu une d'or à la place d'une de ses grosses dents. Horstius, professeur en médecine dans l'université de Helmstadt, écrivit, en 1595, l'histoire de cette dent et prétendit qu'elle était en partie naturelle, en partie miraculeuse, et qu'elle avait été envoyée de Dieu à cet enfant, pour consoler les chrétiens affligés par les Turcs. Figurez-vous quelle consolation et quel rapport de cette dent aux chrétiens ni au Turcs. En la même année, afin que cette dent d'or ne manquât pas d'historiens, Rullandus en écrit encore l'histoire. Deux ans après, Ingolsteterus, autre savant, écrit contre le sentiment que Rullandus avait de la dent d'or, et Rullandus fait aussitôt une belle et docte réplique. Un autre grand homme, nommé Libavius, ramasse tout ce qui avait été dit de la dent, et y ajoute son sentiment particulier. Il ne manquait autre chose à tant de beaux ouvrages, sinon qu'il fût vrai que la dent était d'or. Quand un orfèvre l'eût examinée, il se trouva que c'était une feuille d'or appliquée à la dent, avec beaucoup d'adresse ; mais on commença par faire des livres, et puis on consulta l'orfèvre. »

(Source Wikipedia)

Le dogme n’est pas qu’affaire de religions. En tant qu’affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité ou par un groupe d’individus, il est usé par tous ceux qui préfèrent le raccourci à l’analyse.

Le débat autour du CETA (Accord économique et commercial global (AECG)) illustre parfaitement cet usage constant. Cela ne veut pas dire que tous ceux qui sont dans un camp ou dans un autre soient incapables de réflexions. Mais nombreux sont ceux, et pas seulement chez les citoyens, dont le « raisonnement » ne se base que sur les dogmes de leur groupe. Et quand il y a dogme, il y a anathème, procès d’hérésie. Pression du clergé européen sur les (in)fidèles wallons, par exemple. Serait-ce parce que la politique ne peut se faire qu’à l’emporte-pièce et ne souffre pas de la réflexion, parce qu’une paresse intellectuelle ambiante nous empêche de vouloir réfléchir, que les courtes sentences accompagnent les idées courtes, que la manipulation a besoin de cela[i], que le dogme connait un tel usage ? Usage dont on accuse l’adversaire pour le dénigrer.

Mais exercer son esprit critique demande de l’énergie que chacun n’est pas prêt à déployer, ce qui fait, dit-on l’affaire de certains, populistes ou non. L’accès à une information objective est déjà une gageure. Et l’intervention des experts n’est pas toujours un gage d’impartialité. Peut-on reconnaître au Ministre-Président wallon les vertus du professeur Magnette, spécialisé en « affaires européennes » ? Le recours à l’orfèvre ne permet pas toujours d’approcher la vérité, parce que l’expert n’est pas (toujours) neutre ou n’a pas l’expérience qu’on lui prête.

Le dogme n’est peut-être finalement qu’une idée reçue qui aurait réussi, comme une religion serait une secte qui aurait pignon sur rue.

Ainsi en matière de sécurité routière :  « Nul ne se risque à penser qu’un acte aussi personnel que la conduite d’un véhicule puisse être influencé par les inégalités sociales et que la hausse du nombre de morts puisse découler de la précarisation des classes populaires. Pourtant, un accident de la route n’a souvent rien d’accidentel : il obéit à des régularités statistiques et demeure, indépendamment de son caractère singulier, le résultat prévisible de déterminations collectives. C’est un fait social qui ne se réduit pas aux agissements volontaires des individus. [ii]» La seconde position renvoie au fonctionnement général de la société ce qui est en soi plus gênant pour le pouvoir.

Le voile, si présent dans les sociétés musulmanes actuelles, n’a pourtant pas toujours eu bonne presse dans ces sociétés. Dans les années 50 ou 60, on pouvait se gausser en Egypte de ceux qui voulaient en imposer le port. Alors qu’au même moment, dans les églises catholiques, les (certaines) femmes mettaient un foulard pour ne pas paraître en cheveux,  et sans compter les coiffes des religieuses[iii] que le concile Vatican II a simplifié[iv].



Cette vidéo dit […] qu’il fut une époque, en Egypte, où l’idée de voiler les femmes faisait simplement rire. On n’entend qu’une chose, ces rires à gorge déployée qui nous parviennent à travers les décennies, ces rires incroyables, inimaginables, libérateurs, qui crèvent le mur des polémiques maussades, et mesurent mieux que tous les discours l’épouvantable chemin parcouru[v].

Le port des vêtements pour les femmes fait aussi l’objet d’idées précises… Le port du bikini est une « valeur » des plages françaises, mais interdit de concert, sous la pression des religieux,  en Israël pour ne pas choquer le « grand public » : « Le ministère de la Culture israélien a annoncé que les artistes qui se produisent à des concerts financés par le gouvernement devront respecter certaines règles de pudeur vestimentaire » . Pourtant dans l’esprit de nombre d’entre nous, la société israélienne est considérée comme moderne… « De nombreux éditorialistes ont fait le parallèle entre l'interdiction du bikini et l'interdiction du burkini en France, comme Alona Ferber, qui écrit que dans les deux cas, «on demande aux femmes de s'habiller ou de se déshabiller pour apaiser la nation.[vi]» illustrant la soumission de la femme bien ancrée dans la tête des hommes.

L’usage d’un  mot est aussi générateur d’idées reçues. Le terme « terrorisme » par exemple. « D’un point de vue strictement juridique, rien ne justifie ainsi que l’appellation [ de terrorisme] soit réservée à des attentats à l’explosif par un mouvement régionaliste plutôt qu’à la destruction méthodique de portiques de contrôle par des chauffeurs routiers, les deux actes pouvant être analysés comme destinés à intimider les pouvoirs publics en troublant l’ordre public. [vii]» Et pourtant, dans nos têtes…

Le terme « colonisation » est un autre exemple pour lequel existe une fracture bien réelle entre les tenants d’un colonisateur abuseur et celui dispensateur de culture. Certains sont d’ailleurs prêts à réécrire l’histoire, pour faire resurgir le dogme de la « Grandeur de la France civilisatrice ». Ils sont même candidats à la présidentielle… comme François Fillon : « Mais pour "retrouver la confiance dans notre patrie", le candidat à la primaire propose surtout de "revoir l'enseignement de l'histoire à l'école primaire", ce afin que les maîtres ne soient "plus obligés d'apprendre aux enfants à comprendre que le passé est source d'interrogations". "Faire douter de notre Histoire: cette instruction est honteuse!" a-t-il lancé. [viii]»

Il ne faut cependant pas voir l’esprit critique comme une arme pour combattre la foi. Chacun a le droit de croire en quelque chose: à un ami imaginaire, au pouvoir du cervelas ou des régimes amaigrissants, à la grandeur de son parti ou de son pays. Chacun peut user du dogme. Mais l’esprit critique est là pour contrer les effets éventuellement dévastateurs de nos croyances et de nos ignorances.

PS. Lisez également ceci : http://www.monde-diplomatique.fr/2016/08/BISSELL/56089



[i] Je ne sais pourquoi, mais je trouve un lien avec Noyer l’absurdité d’une guerre dans des flots d’alcool, Le « pinard » ou le sang des poilus http://www.monde-diplomatique.fr/2016/08/LUCAND/56091



• Mercredi 09/11/2016 • Version imprimable

Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (2)

Lire la première partie Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (1)

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens. Signé :

« La mort publique est une mort particulière »

Robert Mc Liam Wilson[i] à propos de Belfast.

Il est des questions par trop provocantes et la valeur d’une victime ou le dégoût que peut provoquer un crime sont de celles-là.

Trouvée sur les réseaux sociaux, cette demande :

« Classez dans l'ordre croissant du nombre de morts, de blessés ou de malades  les personnes suivantes.... »

·         le terroriste (présumé) Salah Abdelslam

·         les patrons d'Eternit Italie ( Casale Monferrato, Cavagnolo, Bagnoli et Rubiera)

·         le patron du laboratoire Servier, Jacques Servier

·         le ministre Edmond Hervé,...

Si vous ne connaissez pas ces gens, Wikipedia peut vous aider...  C'est un exercice qui permet de comprendre beaucoup de choses...

Cette demande peut sembler incongrue, mais elle est en fait fondamentale pour mieux comprendre notre approche des problèmes actuels. Sans méconnaître le caractère barbare des attentats perpétrés, ni leurs liens avec des mouvances religieuses extrêmes, nous pouvons nous demander légitimement pourquoi pour le premier de la liste, d’aucuns réclament la peine de mort, alors que cela ne viendrait à l’idée de personne (ou presque) de la réclamer pour les suivants, alors qu’ils sont responsables de bien des drames, par leur mutisme au mieux, par leurs actions au pire. Le résultat est que des gens sont morts à cause d’eux… et qu’ils savaient que des gens allaient mourir.

On peut arguer du fait, pour le premier de la liste, qu’il désirait massacrer du monde et que pour les autres, le massacre n’était qu’une conséquence de leur avidité. On peut considérer aussi que le premier est sans doute un jeune voyou, attiré par la violence, stupide, embrigadé dans des mouvements sectaires, alors que les autres sont des hommes (r)assis, intelligents, réprouvant certainement toute violence qui pourrait porter ombrage à leurs affaires ou leur carrière.

Cela renvoie d’abord à la valeur que l’on donne à un mort comme l’évoque Robin Cornet dans une chronique… La loi du mort-km[ii].

Par ailleurs, l’impact d’un acte terroriste ne saurait être nié par sa symbolique et son influence sur les valeurs de la société, quand bien même on ne « compterait » qu’une victime pour treize d’homicide « classique ».

Les répercussions de ces actes terroristes dévastateurs en Europe (et aux États-Unis) sont telles que certains principes ont été remis en cause, à l’image de la libre circulation ou du caractère confidentiel des communications. Le terrorisme alourdit également les dépenses publiques et rend plus difficiles les voyages, la cohabitation entre différentes communautés ainsi que l’intégration au sein des pays et entre eux.

Sous d’autres latitudes, les groupes terroristes parviennent à menacer la stabilité de certains pays et influent sur les rapports de force géopolitiques. En Espagne, par exemple, l’ETA a «seulement» fait quelque mille morts en cinq décennies, mais le pays continue de payer aujourd’hui les conséquences politiques et sociales de ces actes terroristes.

Contre la menace terroriste, il n’y a pas de recette miracle. Ce phénomène présente un certain nombre d’aspects et ne saurait être combattu par un moyen unique. Mais au milieu de cette complexité, une statistique retient l’attention: en 2014, le taux moyen d’homicides dans le monde entier était de 6,24 morts pour 100.000 habitants, tandis que le nombre de personnes tuées par le terrorisme n’était que de 0,47 pour 100.000. Autrement dit, cette année-là, pour chaque victime d’un acte terroriste, on a dénombré 13 homicides.

Ainsi, les chiffres du terrorisme sont relativement peu élevés par rapport à d’autres causes de décès. Mais ses conséquences sont sans commune mesure. Le terrorisme n’est donc pas la menace la plus meurtrière du XXIe siècle, mais elle a indéniablement pour effet de changer le monde.[iii]

Et dans le même temps, les états diminuent leurs investissements en matière de contrôle sanitaires par exemple (ou pire se laissent mener par les lobbies). L’affaire Depakine en est un bel exemple récent[iv]. Avec à la clé, des morts comme avec le Mediator ou des handicapés avec la Depakine.

Alors pourquoi donc ces différences de considération pour les de crimes évoqués plus haut et la valeur de leurs victimes.

Une des causes est notre capacité à comprendre des situations et à éprouver de l’empathie ou du rejet. Il s’agit de parties clairement identifiables, avec des enjeux symboliques, voire des fantasmes C’est le « eux différents » contre le « nous si semblables ». Et si ce n’est pas si faux, ce n’est totalement vrai.  Il est vrai que si je peux m’identifier facilement à l’innocence de l’usager du métro, j’ai plus de mal à me mettre dans la peau de la victime d’une asbestose ou d’un hémophile, tout aussi innocent. Par ailleurs, pour certains, le dérapage n’est pas loin, la chute vers le même inhumanisme dans des actes ou des volontés de représailles plus ou moins fortes. On pourrait penser également aux images et aux discours : la guerre avec ses batailles, ses représentations guerrières, sa violence… que l’on a plus de difficulté à attribuer au monde soi-disant feutré de l’économie. Economie qui ne saurait être le paravent d’ignominies. Une autre cause tient du marketing politique pour qui les enjeux de sécurité sont finalement plus faciles à faire comprendre que des normes sanitaires ou des principes de précaution. Pour certains partis, c’est idéologiquement plus porteur… et moins agressif pour le monde des affaires.

Robert Wilson a raison de dire que la mort publique est une mort particulière, mais cette particularité ne devrait pas altérer notre jugement. Parce que finalement, entre un jeune con déboussolé, très violent certes, mais aussi certainement manipulé et un ministre de la République, lequel des deux est le plus cynique, fondamentalement mauvais, lâche même. C’est une question, comme l’inégalité de la valeur des victimes, qui mérite un minimum d’intérêt.

.


 



• Jeudi 01/09/2016 • Version imprimable

Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (1)

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens. (Signé : )

Il est des sujets qui sont à ce point sensibles que les aborder de manière rationnelle vous conduit à vous perdre lentement dans les méandres de l’Histoire ou de la bêtise humaine, ce qui dans bien des cas pourrait être la même chose.

Parler de l’état de la Palestine ou de son Etat vous entraîne dans de vieux conflits devenus dogmatiques dont vous vous voulez sortir en vous abreuvant de connaissances pour étayer votre raisonnement et tenir un discours objectif. Traiter du burkini ou de la place de l’Islam, de la religion ou des valeurs d’un peuple, pour que cela soit fait de manière intelligente exige du temps, beaucoup de temps… Envisager d’écrire une chronique sur ces sujets demande déjà un effort considérable, mais essayer d’y prendre du recul et accoucher d’un résultat ne donnerait presque qu’une gageüre.

Le Coran est-il plus violent que la Bible ou la Thora, par exemple ? Et bien allez lire les articles repris en liens ci-dessous…[i]

 

Ce qui est clair, est que, se basant ou non sur des textes, de tous temps et de tous les bords des illuminés ont pratiqué la violence lato sensu : l’exclusion, le conservatisme, le mépris…[ii]. Même les chéris du Bouddhisme font leurs petits extrémistes, avec les Rohingya qui se font massacrer par les bons Birmans à l’instigation de moines aussi néfastes que l’agent orange. [iii] Tiens, au fait, ces Rohingya sont des musulmans qui ont peut-être mérité leur sort par leur provocation, comme les femmes qui se font violer … « 27% des Français pensent que les victimes de viol sont plus responsables de leur sort que leurs agresseurs, si elles portent une tenue sexy. Un résultat surprenant qui relance le débat sur le manque d’éducation concernant cet acte ignoble… »[iv]. Cette comparaison n’est pas gratuite, puisqu’elle nous renvoie d’une part à la culture machiste de nos sociétés et au burkini évoqué plus haut.

Dans une publication, un internaute français écrit (en parlant du burkini) qu’« Il est urgent de se débarrasser de ces intégristes [fussent-ils français ?] qui pourrissent la France, et dont les partis extrêmes se nourrissent pendant que la gauche tourne la tête, refusant de voir la réalité, refusant de voir la situation explosive en France suite à tous ces renoncements en termes de laïcité, d'égalité, de justice sociale.[…] Alors soyons fermes sur nos valeurs »[v]

S'il faut se débarrasser des intégristes, jetez donc aussi dehors les tenants d'une droite extrême, les partisans d'un conservatisme, certains s'avançant avec un faux nez, d'autres pas, ceux d'un consumérisme qui impose des canons de beauté... etc....  Jouez donc le jeu, coupez les ponts avec les Saoudiens qui achètent vos rafales ou qui privatisent vos plages[vi], avec les Qatari qui financent vos footeux... Virez donc tous les Tartuffes....  tout comme les politiques ramasseurs de voix à tout prix[vii]. Virez aussi ceux qui s'indignent du sort des femmes en jouant au petit macho... Virez les dirigeants polonais pour qui la femme est une annexe de la cuisine[viii].

Bien entendu, les valeurs comme les droits de l’homme, la justice sociale sont à défendre. Mais s’il s’agit du port du string, cela rentre-t-il dans la notion de valeurs partagées dans l’Europe chrétienne ? Puisque l’Europe a obligatoirement (hum) des racines chrétiennes. (Comme des racines païennes, qui ont inspiré certains régimes extrêmes ou musulmanes si l’on considère l’histoire et l’architecture espagnole, mais bon, hein…). En matière de droits de l’homme, avec un petit h parfois, la flexibilité est extraordinaire… « Ainsi, plus d’une [personne sondée] sur deux (54%) [ en France] considère comme «pouvant se justifier» le recours à des décharges électriques sur une personne soupçonnée d’avoir posé une bombe prête à exploser[ix] ».

Les valeurs d’un peuple sont hétérogènes, comme celles des pratiquants d’une religion ou les tenants d’une idéologie. Monseigneur Vingt-Trois a l’air d’avoir beaucoup plus de points communs avec un mollah iranien qu’avec moi.

En tous les cas, résoudre les conflits par des exclusions ne tient qu'un temps. Si la fermeté peut ou doit être de mise parfois ou souvent, nous devons en user à bon escient en se basant sur la meilleure compréhension d’un problème.

J’essayerai de développer dans de prochaines chroniques certains éléments… Soyez donc patient avant de dégainer.

.

PS. A propos du burkini dont je ne suis pas défenseur, consultez ci-dessous ces différents articles[x].



[vii] https://app.box.com/s/8hjq1d0c7agnur64ee9p3ypn6snfr1ab Le Canard enchainé - 2016.08.10 - Une mosquée intégriste construite à coups de piston.pdf

 



• Jeudi 25/08/2016 • Version imprimable

Les chroniques de Barkas: Réfléchir à froid…

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques. 

La question est peut-être trop simple : l’électeur d’un parti d’extrême droite ou populiste extrême est-il une victime ou un gros con ? Ou les deux ? Qu’il est donc difficile de se faire une saine idée de la question. Et pourtant la réponse est importante, pour que ces dérives soient combattues. Nombreux sont ceux qui considèrent par exemple l’électeur FN comme un oublié de la république, un perdu de l’économie.  Et certes, il y a des zones sinistrées qui votent pour ce parti sans se boucher les narines. Nous pouvons nous demander ce qui a engendré le FN en France et convenir par exemple avec Jacques Rancière que ce parti est le produit d’un système existant, essentiellement la cinquième république.

(À regarder, cette émission)

Nous pouvons aussi faire le procès de François Mitterrand qui aurait « favorisé » l’extrême-droite pour contrecarrer les ambitions de la droite.  Nous pouvons également considérer que la montée du FN est de la responsabilité des Allemands. Mais est-ce tout cela nous avance,

Si nous partons du principe, que ces idées sont contraires à nos valeurs éthiques, qu’elles choquent notre humanisme, qu’elles sont une menace pour nos sociétés démocratiques, il nous faut les combattre. Nous devons faire en sorte qu’un minimum de gens y adhère.

Mais plus fondamentalement, désirons-nous avoir des électeurs abrutis ou des personnes capables de réfléchir, de débattre, d’empathie ?  Bref, des citoyens informés et actifs. Nous pouvons par exemple criminaliser les propos racistes et d’incitation à la haine, mais celui qui les profère les taira peut-être, mais continuera sans doute à les penser. Alors, il faut agir. Ne pas considérer que ce qui a déjà été dit ait déjà été fait et n’est plus à répéter. Il en est de la responsabilité de chacun, individus ou institutions, de permettre, de favoriser l’émergence d’une nouvelle culture dans la société.

Mais

Le personnel politique (au sens large) préfère le discours clivant ou la symbolique inutile. Quand François Hollande se lance sur la déchéance de nationalité, il brise, détruit plus qu’il ne construit. Réduire toutes les situations à une équation simple est non seulement un mensonge, mais aussi un piège. Quand Bart de Wever désigne des coupables ou propose des solutions, il ne résout en fait rien. Ce n’est d’ailleurs pas la divergence d’opinions qui est un problème, mais la manière de l’amener.

Le monde des médias n’est pas innocent dans sa manière d’aborder les sujets ou dans le choix de ses interlocuteurs. Le poids de mots et le choc des photos induisent une responsabilité dont de nombreux organes de presse s’exonèrent. Mettre côte à côte certains sujets sur la même page par exemple n’est pas innocent et tient de la ligne éditoriale. D’autant plus préoccupant que les réseaux sociaux (ou les forums des journaux) amplifient le phénomène des informations tronquées, voire fausses. Ainsi la générosité posthume de David Bowie en faveur de la lutte contre le cancer en est un bel exemple. « Le lendemain de la mort de David Bowie, un réseau de disquaires annonçait le versement des bénéfices des ventes d'albums de l'artiste en janvier à la recherche contre le cancer. Un beau mais petit geste, que certains médias français ont amplifié puis transformé en initiative du chanteur lui-même. ». Cela l’est encore plus avec des sujets polémiques comme les événements récents à Cologne comme l’ont relevé la bloggeuse Anne Lowenthal en matière de chiffres ou le journal Le Monde en matière de photos.  L’absence de remise en perspective est également source de problème  affirme Zohra Othman, Echevine du District de Borgerhout et avocate quand elle aborde la « culturisation » de l’intimidation sexuelle.

L’enseignement n’est pas en reste, et certainement l’enseignement supérieur, qui semble préférer l’employabilité à l’université, des têtes bien pleines plutôt que bien faites. Il ne nous faut pas des gens qui pensent, mais qui exécutent ce qui n’a pas été pensé. N’entendons-nous pas des politiques allant en ce sens.

Et le citoyen lui reste amorphe ou devient revanchard, résigné ou « complotiste »,  mais a toutes les difficultés à exercer un (certain) sens critique, et certainement pas dans une perspective constructive. Est-ce dû à sa paresse, aux conditionnements médiatico-politiques, à une culture évanescente. Mais ce n’est sans doute pas sans déplaire à certains.

Alors

Faut-il remettre tous les jours l’ouvrage sur le métier ou considérer le combat comme perdu ?

.

PS. L’électeur d’extrême droite peut être un gros con et aussi une victime.

 

 



• Vendredi 05/02/2016 • Version imprimable

Des choses dont on parle pour l’instant (3)

Nous écrivons moins vite que l’actualité ne change. On parlait en France ce week-end de la vraie/fausse  défaite/victoire du FN et d’un « accord historique » à la COP21.

Etait-il  encore temps de sortir le dernier volet « Des choses dont on parle pour l’instant », balayé par cette actualité toujours mouvante, changeante, prenante ? En fait, oui. Parce que c’est peut-être là l’essentiel. Une nouvelle en chasse une autre et nous fait encore plus vite oublier les précédentes. Cette vitesse, cette incohérence qui nous empêchent presque physiquement de prendre possession, position, parce qu’on nous lance en pâtures toujours du nouveau du plus futile au plus grave, sans en fait de réelle explication, de mise en perspective.

Et donc ce dernier volet portera sur l’état d’urgence en France à la suite des tragiques événements de Paris ? Qui oserait critiquer cette recherche d’efficacité et de rapidité quand il s’agit de combattre l’abominable ?

Et bien laissez-nous au moins le droit de nous interroger sur cet Etat d’urgence qui déploie un zèle extraordinaire après le crime, alors qu’Il avait déjà les moyens de le faire avant s’Il le désirait.

Préoccupant ce recours à l’état d’urgence quand on voit la manière avec laquelle il est exercé.  Ainsi le cas de cette dame dont le domicile est perquisitionné dans des circonstances étranges[1] ou cette petite fille blessée parce que les policiers se sont trompés de porte[2].  (De nombreux cas ont été recensés par la Quadrature du Net[3]).

Un autre exemple :

Aujourd'hui, Nacer répète comme un leitmotiv : "Je n'ai aucun reproche à faire aux forces de l'ordre qui ont fait leur travail." Même ceux qui, casqués, munis de boucliers, ont forcé sa porte le 19 novembre pour une perquisition - quatre jours après son assignation. Ce matin-là, Nacer était déjà parti à son premier pointage de la journée. Son épouse raconte que les policiers ont regardé tous les papiers et se sont arrêtés devant les médailles acquises par Nacer durant son passage dans l'armée française, épinglées avec trois punaises, une bleue, une blanche, une rouge. Ils ont pris une photo du Coran et se sont inquiétés de voir une gravure représentant Léonard de Vinci : "C'est qui ce barbu?" A Septèmes, la solidarité s'est vite mise en place pour regrouper un peu d'argent afin de prendre un avocat et de payer l'assurance de la moto que Nacer a dû sortir du garage. "S'il avait dû aller au commissariat en transports en commun, il lui aurait fallu 8 heures de bus par jour et il n'aurait pas eu le temps de rentrer chez lui entre deux pointages", précise la responsable du Secours catholique. "Le cauchemar" de Nacer n'est pas pour autant près de s'effacer : "Des voisins ne me disent plus bonjour. Ils ont tous vu que les cars de CRS, c'était pour moi. On a détruit ma vie." Il est persuadé qu'il va devoir déménager. Et, "même si les policiers ont été gentils avec eux", ses enfants sont suivis désormais par un psychologue. La nuit, le cauchemar de leur père devient le leur[4].

 

L’exemple du musicien et compositeur Ibrahim Maalouf, fiché par Interpol sans qu’il sache pourquoi[5].

Les actions policières ne touchent pas que les milieux suspectés de radicalisme religieux. L’état d’urgence qui avait été pris dans le but de s’attaquer à de potentiels d’ attentats, a semble-t-il rapidement changé de cible. Alors que les policiers auraient dû se concentrer sur la mouvance islamiste, les préfets les ont lancés sur des cibles environnementalistes, COP 21 oblige sans doute,

Ainsi, un couple de maraîchers bio est perquisitionné[6] sur base d’un document établi par le préfet[7]. Considérant la menace terroriste suite aux attentats de Paris, il lui semblait important d’aller fouiller là-bas. 

« Durant la perquisition, Elodie tente de savoir ce qu'ils cherchent exactement. Les gendarmes évoquent alors la COP21, et une possible manifestation, arguant que tout rassemblement est interdit depuis l'état d'urgence, puis en viennent à parler d'une manifestation à laquelle les deux maraîchers auraient participé il y a trois ans. "Distribution de tracts au péage de Mussidan contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes,  ça vous dit quelque chose ?" auraient demandé l'un des gendarmes au couple un peu sonné. "Distribuer des tracts contre l'aéroport de Notre Dame des Landes, c'est un délit?" s'interroge la maraîchère encore ahurie par le possible motif de la perquisition. »

 Ou cet exemple-là :

« Joël Domenjoud est un citoyen comme les autres. Enfin presque : depuis le 26 novembre 2015, 16h30, il est assigné à résidence au nom de l’état d’urgence. Membre de la legal team de la Coalition climat, ce militant sans casier judiciaire, la petite trentaine échevelée et la voix calme, se retrouve prisonnier de Malakoff, sa commune de résidence, jusqu’à la fin de la COP21, ce samedi 12 décembre. Ce qu’on lui reproche ? Rien, si ce n’est son dissentiment politique. »

Des événements festifs mais liés à l’environnement ont été aussi supprimés, alors que les foires aux boudins ou aux santons restaient autorisées.

Le rire est même interdit.

Une opération de « thérapie par le rire », moquant le décalage entre les discours écolos des entreprises et leurs actes, a été interrompue par la police, jeudi, à Paris. Des clowns et des comédiens ont été parqués pendant plus d’une heure. Un reportage à écouter - et qui prête à rire, ou à pleurer[8].

Pouvons-nous reprocher à un gouvernement de prendre des dispositions pour protéger ses citoyens ? Personne (ou peu) d’entre nous ne s’y hasarderait. Pour autant, ne serait-ce pas « citoyennement » sain de s’interroger sur la pertinence de ses dispositions ou sur leurs applications ?

Beaucoup de commentateurs sur Internet considèrent que c’est peu donné pour sa sécurité. Ils considèrent les bavures sous l’angle de l’omelette qui ne peut se faire sans casser d’œufs. Certains justifient la « violence policière » dans ce climat difficile. D’autres, moins nombreux, se posent des questions sur les méthodes ou les cibles.

Selon certains observateurs, l’arsenal juridique (français en l’occurrence) est théoriquement suffisant pour mener à bien les enquêtes nécessaires.

Alors pourquoi ? Pour rassurer une population ? Pour préparer les esprits ? Faut-il considérer que l’état d’urgence est inévitablement abusif, comme le fait Vanessa Codaccioni, maîtresse de conférence en sciences politiques à l’université Paris-VIII[9] ?

Oui, c’est une disposition d’exception, dérogatoire au droit commun. Il est liberticide, puisque son objectif même est de contrôler une population, un territoire, des idées. Il est en outre discriminant, car il divise la population entre ceux qui sont protégés et ceux qui ne le sont pas. Il est donc par définition abusif.

Elle s’inquiète de ce qui restera après l’Etat d’urgence…

Pascal Eydoux, Président du Conseil National des Barreaux pour la mandature 2015-2017 sur l'état d'urgence. (à voir sur TV5)

Il reste ce que j'appelle des "traces d’exception". Toute disposition utilisée à un moment de crise va laisser des traces. Si une mesure a été considérée comme efficace, elle sera remobilisable et remobilisée. Surtout, une fois sorti de l’état d’urgence, il restera dans notre droit la modification de la loi de 1955, qui a été votée sans débat en même temps que sa prolongation. Avec des dispositions vagues et inquiétantes. Plus grave encore est la volonté de l’exécutif aujourd’hui de constitutionnaliser l’état d’urgence, c’est-à-dire de l’inscrire dans la Constitution avec de nouvelles dispositions. Et il faut attendre les textes bientôt présentés par le gouvernement, mais ce dernier souhaite étendre les conditions de déchéance de la nationalité. On voit donc que cette période va marquer l’histoire politique, policière et judiciaire française. C'est tout ceci qui me préoccupe : que vont devenir toutes ces dispositions? Petit à petit, l'état de droit est rogné de l'intérieur par le recours à l'exception et l'état d'urgence laisse des mesures qui perdureront après sa levée. On ignore qui sera au pouvoir dans dix, vingt ou trente ans, et donc comment et contre qui ces mesures seront utilisées.

Il est particulièrement important en ces temps troublés, tant à cause d’actes sanglants perpétrés un peu partout au nom (abusivement ou non) de la religion (Inde, USA, Birmanie, Europe, Moyen-Orient, etc…) que la montée forte des populistes (Pologne, Hongrie, France, USA, etc…) de réfléchir, de s’interroger, d’agir sur ce sujet : que peut accepter une démocratie pour se donner une certaine sécurité ?

Le collectif «  ».





• Vendredi 18/12/2015 • Version imprimable

Des choses dont on parle pour l’instant (2)

Préambule : Les membres du collectif «  » sont généralement des agnostiques.  Leur positionnement à l’égard des religions est la  neutralité, mais ils ne s’abstiennent pas de considérer, voire de critiquer, le rôle des religions dans la marche du monde. Que nos ami(e)s croyant(e)s n’y voient pas une critique de leur foi… mais de ce qui est fait en son nom.

Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion. (Paul Valery)

Terroriste ou forcené ?

Sont-ce finalement des terroristes ou des forcenés ? Le vocable a son intérêt culturel et politique. Un jeune blanc qui fait un massacre dans une église est-il un forcené ou un terroriste ? Le tueur du planning familial est-il « seulement » un forcené ? Nous pourrions considérer cela comme accessoire au sens où pour les victimes, cela ne change rien. C’est parfaitement vrai. Mais ce n’est sans importance pour ceux qui restent. Et le discours médiatique, politique, orienté n’est pas sans conséquence. Parler de cela n’est pas essayer de relativiser les actes des uns et des autres, mais simplement de recentrer le débat sur les raisons des actes violents[1] et de considérer que personne n’y échappe.

Ainsi « à la date du 27 novembre, les Etats-Unis ont été le théâtre de 351 fusillades de masse en 2015, soit plus d'une par jour, selon le site Shootingtracker, qui recense tous les incidents de ce type impliquant au moins quatre victimes, qu'elles aient été tuées ou blessées[2]. » Certains de ses actes sont sans doute simplement violents. D’autres sont porteurs d’un message politique plus ou moins clairs.

Croyance mais en croix ?

A un journaliste qui lui demandait, quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001, quel effet cela lui faisait de partager sa religion avec Ben Laden, Mohammed Ali aurait répondu : « Et vous, quel effet cela vous fait-il de partager la vôtre avec Hitler ? »  Il n’y a pas d’unicité.

D’une part, il est impératif de protéger la liberté de pensée (et donc de culte), mais il est tout aussi important de déterminer le rôle des croyances dans le fonctionnement des sociétés.  La violence provoquée au nom de la religion est réelle, qu’elle se traduise par des attentats, des fusillades, des pogroms, aucune n’y échappe. Mais cette violence n’est pas uniquement « spectaculaire » au sens médiatique. Elle se niche dans la « véhiculation » d’idées rétrogrades.  Ainsi par exemple  quand un député UMP assène : « Les enfants d’homos sont des terroristes en puissance[3]. »  Ou quand la jeune Maréchal-Lepen parle de l’avortement[4]. Sur la famille, sur la bonne culture, sur l’homosexualité, sur la place de la femme dans le couple ou la société, sur les autres, des discours durs et rétrogrades sont en lien avec les croyances, les valeurs. « Les religions du livre (et finalement peut-être toutes) ont,  en tous les cas nombres de leurs fidèles, une tendance forte au conservatisme, au sexisme, au patriarcat exacerbé, à l'ostracisme pour les gens et les choses qu'elles ne comprennent pas[5] ». Mais ce n’est bien entendu pas le fait uniquement des gens ayant un sentiment religieux.

Quand se déroulent des événements tragiques, ne serait-ce pas le bon moment de se poser des questions ? Pas spécialement ou uniquement sur la « faillite » de l’appareil de l’état, pour un peu flirter avec le goût de l’ordre ou sur la nocivité de tels ou tels groupes pour assaisonner avec une pointe de racisme. Ce sont des questions intéressantes qui méritent une profonde réflexion. Non, ce serait se poser plus fondamentalement des questions sur l’évolution de notre humanité. Si le progrès technique est bien là, parfois trop là peut-être, ne pourrions-nous avoir des doutes sur le progrès social et culturel et la place qu’a encore le fait « religieux ».

« …Le monde qui nous entoure prouve en permanence les progrès permis par la science et la raison, mais cela n’empêche pas les gens de préférer les pseudo sciences et la superstition. La réponse simple est que les gens croient ce qu’ils veulent croire, ce qu’ils jugent réconfortants, pas ce que les preuves réelles démontrent. En règle générale, les gens ne veulent pas savoir, ils veulent croire. Les facteurs sociaux enfin, jouent aussi un rôle important dans les croyances religieuses. Les religions sont évidemment un facteur de pouvoir et également une façon de gérer une partie des dysfonctionnements de la société. De la rendre supportables et même de les justifier, mais pas forcément de les corriger[6]. »

Dans son livre A Devil's Chaplain, édité en 2003, Richard Dawkins  aborde le problème de la religion : « La religion organisée mérite la plus vive hostilité car, contrairement à la croyance en la théière de Russell, la religion organisée est puissante, influente, exemptée de taxes et systématiquement transmise à des enfants trop jeunes (le catéchisme commence à 7 ans) pour pouvoir s'en défendre. On ne force pas les enfants à passer leurs années de formation en mémorisant des livres farfelus sur les théières. Les écoles publiques n'excluent pas les enfants dont les parents préfèrent la mauvaise forme de théière. Les fidèles de la théière ne lapident pas les non-croyants en la théière, les apostats de la théière, les hérétiques de la théière ou les blasphémateurs de la théière. Les mères n'empêchent pas leurs fils d'épouser des shiksas de la théière sous prétexte que leurs parents croient en trois théières plutôt qu'une seule. Ceux qui versent le lait en premier ne mutilent pas ceux qui préfèrent commencer par verser le thé.[7] »

Si le fait de croire en quelque chose, même en un être supérieur, permet de se construire une vie paisible et respectueuse d’autrui, cela ne saurait être gênant, tant que cette croyance n’interfère pas avec la vie d’autrui de manière disproportionnée. Et ce n’est malheureusement pas le cas, et pas uniquement dans les théocraties. Ainsi « Si vous êtes américain athée et que vous voulez devenir conseiller municipal ou juré dans un tribunal au Maryland, il vaut mieux renoncer. Cet Etat de l’est des Etats-Unis à quelques dizaines de kilomètres de la capitale fédérale Washington et à moins de 200 kilomètres de la ville de New York est l’un des sept Etats des Etats-Unis à interdire l’accès à des fonctions publiques à ceux qui ne croient pas en Dieu... et qui le disent. C’est aussi le cas dans plusieurs Etats du sud et non des moindres: l’Arkansas, le Mississippi, la Caroline du nord, la Caroline du sud, le Tennessee et le Texas. (Lisez la suite de l’article) [8]».

Eluder cela consiste à faire porter le fardeau à quelques-uns, alors que c’est le fait d’une multitude.

(Fin de la seconde partie)

Le collectif ""




• Samedi 12/12/2015 • Version imprimable

Des choses dont on parle pour l’instant (1)

Ne pas s'arrêter aux symptômes

S’interroger sur la survenue d’un événement pour comprendre  son apparition ne fait pas de vous un zélateur.
Critiquer (au sens premier d’apprécier la valeur) les mesures prises pour empêcher le retour de cet événement ne fait toujours pas de vous un zélateur.

Vous avez parfaitement saisi que nous parlions des actes récents de terrorisme.  Il est parfaitement clair qu’aucun d’entre nous n’a envie de faire l’apologie de ces actes. C’est à dessein que nous ne parlons pas de terrorisme. Ou alors, nous devrions écrire que nous n’avons pas envie de faire l’apologie de CE terrorisme.

Ho, terrain glissant… Il se trouverait vite quelqu’un pour nous dire que nous défendons la terreur. Et bien aucunement, mais mettre un même nom sur des situations différentes conduit des choses étranges.
Nelson Mandela a été considéré jusqu’en 2008, par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, comme un terroriste[1]. Pourtant qui considérerait maintenant son combat (et celui de son parti) comme injuste.

Il nous faut donc comme citoyens ne pas nous arrêter à la première explication venue et à la première solution proposée.

Ainsi, prenons les mesures prises par le gouvernement belge. Certains juristes rappellent que « "Tant la Constitution que la Convention européenne des droits de l'homme admettent qu'il y a des exceptions aux libertés et droits fondamentaux, mais stipulent que celles-ci ne peuvent dépasser ce qui est strictement nécessaire dans une société démocratique [2]»  (Nous verrons dans une prochaine livraison l’usage de l’état d’urgence en France). Bien entendu, nous pouvons et devons débattre de ce positionnement. Mais ce qu’il ne faut pas à notre sens, c’est prendre des décisions pour rassurer ou satisfaire une certaine population sans en vérifier la praticité et l’applicabilité, y compris budgétaire.

De manière générale, les actes de police, lato sensu, sont bien entendu nécessaires. Il serait hypocrite de le nier. Nous apprécions tous d’être protégés d’actes malveillants. (Certes, la méthode a son importance). Cependant, il n’en reste pas moins que ce sont des moyens de lutte contre les symptômes et non contre la « maladie ».

Nous pouvons donner une cause « raciste » à cette maladie, mais ce serait erroné tant c’est réducteur. Bien entendu, la culture, la religion, ce genre de choses, ont une influence sur le comportement. Michaël Moore dans son documentaire « Bowling for Colombine »  compare la situation des Etats-Uniens et des Canadiens. A taux de détention d’armes à feu comparable, il y a proportionnellement réellement beaucoup moins de morts par arme à feu au Canada (et certainement de tueries de masse).

Il faudrait, à notre sens, explorer plus avant les mécanismes de dérive sectaire, pour mieux comprendre et prévenir ces actes. D’autant, que dans ce cas précis, si nous devons en croire Dounia Bouzar :  « ... Les filles sont, en général, issues de la classe moyenne, n’ont pas connu l’immigration et sont plutôt, de référence catholique ou athée. Ce sont des filles de professeurs, de fonctionnaires, d’avocats, de médecins…Nous avons aussi des filles d’origine maghrébine mais ce n’est pas la majorité. Nous avons 3% de jeunes filles issues de familles juives. C’est pour cela que le débat liant la radicalité à l’intégration, c’est du n’importe quoi [3]».

Olivier Roy explique  ce phénomène d’enrôlement partout dans le monde de cette manière ; « Ce sont des jeunes qui cherchent leur guérilla, comme nous dans les années 60. A l’époque, notre cause était la révolution, maintenant, c’est le jihad mondial. Dans son essai The Terrorist in Search of Humanity (2), l’historien Faisal Devji explique que, mis à part le fait que les terroristes tuent, il n’y a pas de différence fondamentale entre un humanitaire et un gars d’Al-Qaeda. Ce sont des militants d’un monde global, des nomades, souvent déracinés. Mais si on veut vraiment comprendre l’enrôlement des jihadistes, il faut regarder du côté de la fusillade du lycée de Columbine, en 1999, et des jeunes gens qui se perdent dans une même violence autodestructrice. En Orient comme en Occident, il existe une jeunesse fascinée par ce nihilisme suicidaire. L’islam donne une dimension globale, peut-être aussi mystique, un nom à une cause. Aujourd’hui, le jihad est la seule cause sur le marché. Nous ne voulons pas voir les points communs, mais seulement les différences, et préférons nous enfermer dans une lecture monomaniaque du monde musulman. On se réfugie dans le choc des cultures sans voir l’aspect mondialisé du phénomène. Or, ces conflits sont le symptôme d’un même effondrement culturel. [4]»

Ainsi peut-on lire dans Slate que le « Spécialiste des sectes, le Suisse Jean-François Mayer note aussi, dans son blog Religioscope, que le conflit en Syrie, accompagné du départ de volontaires étrangers, souvent très jeunes, pour combattre avec des groupes djihadistes, confirme le modèle explicatif des dérives sectaires. La radicalisation est très rapide et les familles sont sous le choc, écrit-il. Il établit un parallèle avec la stupéfaction des parents et proches des jeunes adhérents d’une secte dans les années 1970 et 1980. «Il n'est pas étonnant, écrit Jean-François Mayer, qu'une grille explicative déjà disponible se trouve reprise et appliquée à ces conversions au djihadisme, qui peuvent être le fait de jeunes issus de milieux musulmans, mais aussi de personnes sans arrière-plan musulman, et embrassant à la fois l'islam et, peu de temps après, le djihadisme. Une nouvelle génération d'aspirants djihadistes émerge, parmi lesquels se trouvent de potentielles recrues très jeunes et pour lesquels les réseaux sociaux jouent un rôle crucial.[5]»

John Hillermann, écrivain américain qui a beaucoup écrit sur la nation Navajo par le biais de romans policiers, évoquait cette notion d’hozho , cet équilibre entre les êtres et ce qui les entourent, qui ferait dire qu’un criminel est le résultat d’une perte d’harmonie au sein du groupe.  Si tout ne renvoie pas à la société, au groupe, il ne serait raisonnable de dire que c’est toujours l’individu seul qui se fait.

(Fin de la première partie)

Collectif «  »

 


• Samedi 05/12/2015 • Version imprimable

Le forum d'empoigne



Faut-il laisser l’espace des forums aux laudateurs de l’extrême bêtise ?

L’expression est libre, particulièrement sur Internet, où un certain anonymat est possible. Il y a les contempteurs de la charité, qui en mots doux disent les pires horreurs. Il y a les bas de plafond qui en mots crûs disent tout ce que l’on veut leur faire croire. Il y a les « Je ne suis pas …. Mais …. ». Il y a ceux qui revisitent l’Histoire pour en faire leurs histoires. Bien entendu, il n’est pas toujours question d’étrangers. Il s’agit parfois de simples travaux routiers. Des choses banales, qui montrent notre façon de penser bancale. Vous trouverez à la suite, trois statuts que j’ai publiés sur Facebook. Dérisoires sans doute.

Etre comme eux

Il y a quelques années, les partis politiques conventionnels avaient organisé, en Brabant wallon, un débat sur "comment s'opposer à l'extrême droite" (et incidemment à ses satellites, comme le racisme, la peur,...). Il est temps de remettre l'ouvrage sur le métier. A lire les commentaires, les réflexions, les propos, du simple citoyen au politique, il y a matière à s'alarmer sur la perte de notre humanité.
J’ose vous dire  quand vous écrivez  "ils ne sont pas comme nous", que moi, je ne suis pas comme vous, commentateurs tristes, revisitant l’histoire, invoquant des traditions qui ne sont plus les vôtres ou dont vous avez oublié la signification, comme Noël et son esprit, appelant à l’aide vos aïeux, résistants, combattants, qui doivent se retourner dans leur tombe d’avoir des descendants aussi petits, mesquins, racistes.
Vous évoquez la lâcheté de ceux qui viennent, la religion que vous ne pratiquez sans doute plus. Vous invoquez tout de sortes de choses. Mais il y a une chose certaine : vous ne réfléchissez pas. Vous avez beau avoir un minimum d’éducation. Vous savez lire puisque que vous savez écrire des commentaires nauséabonds, mais sans doute êtes-vous trop impatients d’arriver à votre conclusion fétiche : « les autres, c’est de la m…., comparez aux bons Belges. ».

Bien entendu que rien n’est simple, mais c’est parce que ce n’est pas simple, que vos réponses sont trop simplistes. 

Que ne lit-on pas ? Pourquoi ne combattent-t-ils pas pour leur pays ? Dans les rangs de l’armée du dictateur ou de celle des zélateurs? Pourquoi surtout des hommes ? Comment se fait-il qu’ils ont tous des smartphones ? Alors que des explications logiques vous sont données, vous n'avez même pas envie de les lire.
Je devrais avoir le courage de vous comprendre, d’appréhender vos angoisses, vos peurs. Mais là, ce soir, c’est trop. Vous êtes peut-être des Belges, mais je doute que vous soyez bons. Vous êtes surtout cons. Je ne vous demande même pas de serrer la main d’un réfugié, mais simplement d’avoir du respect pour un être humain et de réfléchir avant d’afficher et d’accumuler autant d’imbécilités sur le Net ou ailleurs.
Deux choses sont infinies, disait Einstein, l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."

Etre Franc-Maçon n’est pas un brevet de vertu

Extrait de « Islamophobe, moi oui ! …. »
"Je suis devenu islamophobe progressivement, j'ai bien dit islamophobe, englobant par-là l'ensemble du corpus islamique, comme j'aurais été christianophobe ou judéophobe si ces deux autres religions du livre n'avaient pas fait leur aggiornamento". Ainsi le Christianisme et le Judaïsme se seraient adaptés à la vie moderne, ils auraient été renvoyés dans la sphère privée et ne voudraient pas peser sur la marche de nos sociétés. L'islam reste quant à lui confiné du côté obscur des croyances. Sidérantes positions. C'est vouloir ignorer les évolutions de l'histoire, les particularités géographiques et culturelles de toutes les religions. Qui pourrait penser que les bouddhistes peuvent développer une xénophobie forte et que les Etats-Uniens jurent encore sur la bible.
L'institution du mariage est un bel exemple. Ce n'est que récemment que le mariage civil est reconnu en Israël où les religieux ont un poids considérable. Cet article sur mariage civil et mariage religieux de Wikipedia est également illustratif: 
"Dans de nombreux systèmes juridiques, le mariage civil se déroule en même temps que la cérémonie du mariage religieux, même si les deux sont théoriquement distincts. Ainsi, dans la plupart des États américains, mais aussi au Royaume-Uni, en Irlande et en Pologne, le mariage est célébré par un prêtre, un pasteur, un rabbin ou toute autre autorité religieuse qui officie également comme un agent public. Dans certains pays, comme l'Allemagne, l'Argentine, la Belgique, la France, la Russie, la Suisse ou la Turquie, il est nécessaire que le mariage civil ait été célébré avant que ne se déroule la cérémonie religieuse. Selon Irène Théry, sociologue au CNRS, « le mariage n'est pas un simple outil de gestion du couple mais une institution de l'ordre symbolique dans lequel se différencient les sexes et les générations. ». Certains États admettent un mariage civil dans des circonstances où il est interdit par la religion : un des contractants a eu un divorce prononcé civilement après un premier mariage dans la même religion, union civile, mariage entre personnes de même sexe. Inversement, il existe des cas dans lesquels la cérémonie religieuse n'est pas reconnue par les autorités civiles. Des formes de mariage civil différentes du modèle majoritaire fondé sur l'union d'un homme et d'une femme sont reconnues dans certains États. Au début du XXIe siècle, dix pays occidentaux ainsi que quelques États américains et la ville de Mexico ont reconnu le mariage entre personnes de même sexe ou une « union civile » entre personnes de même sexe donnant les mêmes droits que le mariage. Certains États comme le Sénégal autorisent le mariage civil polygame. Certains États, comme le Yémen, autorisent le mariage entre un homme adulte et une fillette."
Il y a des gens qui pratiquent une religion avec discernement et raison. Il y en a d'autres qui ont plus de difficultés à prendre une distance avec leurs dogmes et à comprendre une réalité sociétale. Le positionnement contre le mariage CIVIL pour tous en France est un bel exemple de ce que l'aggiornamento décrit par l'auteur n'est une réalité. Ne parlons pas de l'euthanasie, en France encore ou de l'avortement en Irlande.
Les religions du livre (et finalement peut-être toutes) ont,  en tous les cas nombres de leurs fidèles, une tendance forte au conservatisme, au sexisme, au patriarcat exacerbé, à l'ostracisme pour les gens et les choses qu'elles ne comprennent pas. Il serait intéressant de remonter l'histoire pour voir comment certains extrémismes religieux se sont installés au proche et moyen orient. Je me souviens d'une vidéo de Nasser moquant cette envie de voiler les femmes. Il y a cette photo (authentique?) de femmes en "mini jupes " dans les rues de Kaboul.
Remonter le temps pour voir le positionnement de l'islam et de ses intellectuels au 19ème ou avant.En fait, donner des leçons est une manie que nous avons tous, moi le premier. Mais qu'elles soient valablement argumentées et qu'elles servent à autres choses que de cache sexe à un racisme ou d'aliment à l’incompréhension. Tiens, au fait, quel est l'accueil des femmes dans les loges maçonniques (ou dans les conseils d'administration des grandes entreprises) ?

« Facebook n’est pas le lieu de la démocratie ! »

Cela mériterait un réel débat. Les fora/forums comme Facebook sont (devenus) de réels lieux d'expression de pensées, de courants, d'opinions, mais sans pour autant avoir systématiquement absorbé la culture du débat, de la confrontation argumentée. C'est néanmoins une donne qu’il faut considérer dans nos échanges. Des messages, des signaux passent par ces réseaux. Il faut en tenir compte en leur donnant l'importance qu'ils ont à avoir. Mais il est clair que les élus, particulièrement au niveau local, n'ont pas les moyens de gérer tous ces flux (aux parfois anonymes). Et cela ne leur est d'ailleurs pas demandé. Il est généralement possible de les contacter par d’autres voies plus officielles et plus pertinentes. Il y a cependant à mon sens un double enjeu qui justifierait de ne pas négliger ces forums:
  • favoriser la culture du débat et de la citoyenneté
  • intégrer des espaces nouveaux dans l'exercice de la démocratie.
Ce n'est pas pour rien que malgré la répétition, nombreux sont ceux qui pensent qu'il ne faut pas laisser la place aux extrêmes, aux hargneux sur ces réseaux.

 



• Mercredi 14/10/2015 • Version imprimable

Acteur et spectateur du paysage

Une carte blanche de Denis Marion, de l’asbl Epures, publiée dans espace-vie l juin 2015 l n° 252
 

« La modification du paysage est aussi l’affaire des petits détails quotidiens »

« Pour autant que les actes et travaux projetés, soit respectent, soit structurent, soit recomposent les lignes de force du paysage, un permis d’urbanisme peut être octroyé en dérogation aux prescriptions d’un règlement régional d’urbanisme, d’un règlement communal d’urbanisme, d’un plan communal d’aménagement ou aux prescriptions ayant valeur réglementaire d’un permis de lotir, etc. »

Ces principes définis à l’article 113 du Cwatupe moribond se retrouveront, parait-il, dans un de ses avatars à paraitre prochainement au journal officiel. Selon d’éminents experts, respecter, structurer ou recomposer le paysage est finalement tout et son contraire et l’argumentation, la motivation en termes légaux, devra soutenir, justifier les choix posés.

Des gens importants, autour d’une table, entourés de conseillers bien sérieux, discutant du sexe des anges et des lignes de force du paysage, ont rédigé le contenu de ces décrets. D’autres, après la publication de nombreux textes, se lancent dans l’interprétation de ces commandements selon le camp qu’ils défendent. De leur côté, des citoyens se moquent de ces arguties et considèrent que ces lignes doivent rester de force, parce qu’un paysage ne se meut pas, sauf peut-être certaines dunes ou déserts.

Le paysage fait partie de notre vie

Tout cela est extrêmement important, excessivement peut-être, parce que le paysage est partie intégrante de notre vie. Il faut pouvoir « objectiver », verbe fourre-tout, sa situation pour définir son évolution. Il faut l’appréhender « scientifiquement » si tant est que cela soit réellement possible, mais il ne faut pas négliger ses aspects culturel et sensuel.

Les paysages ont évolué de tout temps, et pas seulement du fait de l’être humain. Les incendies de forêt, les inondations, l’évolution naturelle des landes façonnent l’aspect de nos environnements.

L’homme y a mis sa patte, certainement dans nos régions. Un lotissement, une usine, une porcherie vont être directement perçus comme une « atteinte » au paysage. Mais des pratiques culturales peuvent également influencer le ressenti. Des champs de maïs ne sont pas des prairies. En Ardenne, la transformation de bosquets de feuillus en pessières a eu un impact non négligeable sur la représentation culturelle que nous nous faisons de cette région. Pour les générations actuelles, elle est une terre à épicéas alors que cette évolution est somme toute récente.

Mais il nous semble qu’il y a deux écueils sur lesquels ne devraient pas échouer nos réflexions :

- D’une part, limiter le paysage à une portion de territoire. Le paysage n’est pas uniquement cette étendue libre de champs et de prés à la sortie du village. C’est le village également, ses rues et ses ruelles, ses jardins.

- D’autre part, il serait très réducteur de ne considérer que les projets de « grande ampleur » comme facteur de modification. Tout ce qui se trouve dans le paysage le modifie, l’altère ou l’améliore. 

Une responsabilité personnelle

L’habitude de clore nos propriétés avec des palissades crée des rues où l’on se sent enfermé, mal accueilli, alors qu’une haie sauvage ou un vieux mur ne donnerait peut-être pas la même sensation. Nos jardins sont meublés de jeux et jouets de couleurs vives, de chalets suisses. à chacun d’imaginer l’impact visuel. L’état de la voirie joue également un rôle. La présence de déchets, de poubelles trop pleines ou de panneaux publicitaires influencent la perception, comme le ferait aussi un environnement « trop aseptisé » où aucun brin d’herbe ne dépasse.

Tous ces exemples ont la particularité d’être relativement éphémères.

Les voitures peuvent être bannies de la place, les chalets suisses démontés, les papiers balayés et les jeux de jardin terminer leur existence au parc à conteneurs. Mais ils ont aussi comme particularité, par leur constance, d’avoir une influence sur le paysage et d’être de la responsabilité de tout un chacun.

La modification du paysage n’est finalement pas qu’affaire de « grands projets », mais aussi de petits détails quotidiens. Il serait bon de se le rappeler.



• Mercredi 10/06/2015 • Version imprimable

Jusqu’à quel point doit-on protéger les paysages ?

Une carte blanche de Denis Marion, de l’asbl Epures publiée dans espace-vie l octobre 2014 l n° 245
Denis Marion est l’un des fondateurs de l’asbl Epures, Ensemble pour une réflexion environnementale et solidaire
 

Lors de la Semaine du Bien-Vivre à Grez-Doiceau, une promenade cycliste a été organisée pour,  entre-autres, amener une réflexion sur le lien entre l’agriculture, singulièrement les exploitations maraichères, et le paysage.

L’idée de ce thème nous était venue à la suite d’une réflexion d’une consœur qui s’enorgueillissait d’une interdiction de toute construction en zone agricole sur un plateau brabançon.

Figer le paysage est devenu la règle pour certains, partant du principe sans doute que si rien ne bouge, rien ne se perdra. Or, l’isoler de son contexte socio-environnemental  nous  semble une profonde erreur.

Les atteintes au paysage sont souvent un argument pour s’opposer à un projet quel qu’il soit. Pour autant, est-ce toujours légitime ? Et surtout indiqué ?

Quand un groupe de riverains s’inquiète, par exemple, de la création d’un lotissement dans une zone à bâtir et revendique l’interdiction pure et simple de ce projet, il s’oppose au droit du propriétaire à valoriser son bien. Prétendre que la confiscation de la vue sur le paysage est suffisante pour justifier cette interdiction nous semble un peu court. En effet, le paysage est un bien collectif, évolutif dont l’importance doit être parfois mise en balance avec d’autres besoins, fussent-ils à la base privés.

La question des cultures bio

Les pratiques agricoles actuelles privilégient dans nos régions les grands espaces. Pourtant, cette situation est relativement récente et est fortement liée à la concentration des exploitations. Si nous nous référons à des vues datant de quelques dizaines d’années, nous constatons que, si nous ne sommes pas dans une zone bocagère, le morcellement des parcelles, par la variété des formes et des spéculations, offrait un paysage fondamentalement différent, beaucoup plus varié. Nombre de naturalistes considèrent d’ailleurs que cette variété était propice à la biodiversité.

Or, les exploitations maraîchères, essentiellement bio, qui (ré)apparaissent maintenant, de par leur taille, entre un et quatre hectares, et les cultures qui s’y pratiquent, ont un effet bénéfique similaire. Pour autant, il existe régulièrement une opposition à leur établissement à cause de leurs impacts sur le paysage.

D’abord, ces sites sont généralement entourés de haies, ce qui porte « atteinte » au caractère « open fields » de nos régions agricoles. L’agroforesterie (1), par les modifications similaires qu’elle apporte aux paysages, heurte aussi certains passéistes, alors qu’elle a un impact positif sur l’érosion et la biodiversité. Ensuite, la nature de leurs activités impose parfois la création d’un hangar pour pouvoir conditionner les récoltes, voire envisager une transformation in situ.

Enfin,  une  exploitation  maraîchère, pour être viable, ne peut généralement pas faire l’impasse sur le placement de couches ou de serres tunnels. Ces éléments, parfois soutenus par des craintes liées à la mobilité, sont à la base du rejet, par certains, de ces projets quand ils passent à l’enquête publique.

Ne pas gaspiller inutilement

Mais ces modifications du paysage ne sont-elles pas à mettre dans la balance avec, à l’autre bout du fléau, un impact positif sur la biodiversité, un accès à une production locale de nourriture, contrôlable de visu, des créations d’emplois et généralement de la convivialité.

Il faut certes être vigilant pour éviter une situation comme dans la région d’Almeria, en Espagne, avec plusieurs dizaines de milliers d’hectares de serres. Mais le risque reste minime dans nos régions de grandes cultures. Par ailleurs, la création de ces potagers est principalement le fait de nouveaux exploitants. Or l’accès à la terre reste problématique. La multiplication des parcelles maraîchères de ce type n’est sans doute pas pour demain. Les terres agricoles restent à la base de notre alimentation. Elles ne doivent pas être gaspillées pour des infrastructures inutiles, mais leur usage nourricier ne doit pas être exagérément figé à cause de la protection du paysage 

 

(1) L’agroforesterie est un mode d’exploitation des terres agricoles associant des plantations d’arbres et des cultures ou des pâturages



• Jeudi 22/01/2015 • Version imprimable
Plus d'articles (280 articles sur 24 pages):

  • Le site de Vincent Engel
    Vincent Engel est professeur de littérature contemporaine à l’Université de Louvain et d’histoire contemporaine à l’Ihecs. Outre ses travaux de critique littéraire, il poursuit également une réflexion plus générale sur les implications de la deuxième guerre mondiale. Vincent Engel est aussi écrivain.Il est également chroniqueur. Il a publié différents textes sur l'imbroglio Zaventem et nous soutient dans nos actions.

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles