S'identifier - S'inscrire - Contact

Les fossiles sont à terre.

• Lundi 19/04/2010 • Version imprimable

A cause des avions, ils n’auront pas été « promené leur c… sur les remparts de Varsovie. »
En guise d’oraison funèbre pour un président.
 
Magnifique, les ministres des transports savent maintenant qu’ils peuvent rester chez eux et « vidéoconférencer ». Ils doivent limiter leurs transports, à tout le moins par avion et découvrir les « vertus » du débat à distance sur le trafic aérien.Cela me rappelle la réflexion d’une amie qui m’expliquait que certaines secrétaires de son entreprise préféraient commander un billet d’avion plutôt que d’organiser une vidéoconférence, trop complexe à leurs yeux.
 
A en croire les medias, nous vivons le chaos en ce moment. Soyons politiquement correct. Ayons certainement une pensée pour les personnes déplacées en Islande (dont les aéroports sont toujours ouverts). Ayons aussi une pensée pour les passagers perdus au soleil de Mexico ou d’ailleurs. C’est vrai que pris individuellement, chaque cas peut être dramatique….

Mais globalement, n’est-ce pas l’occasion de réfléchir à la place du transport aérien dans notre existence ?
Admettons que les réserves en énergie ne permettent plus ces déplacements frénétiques, ces voyages de biens et de personnes. Que ferons-nous ? Qu’avons-nous prévu ? Nous sommes à ce point « accros » à ces drogues que nous éprouvons des difficultés à en voir la fin. Même des plus convaincus par la transition énergétique se laissent aller au voyage aérien bon marché.
Il est temps, plus que temps de se presser à réfléchir à l’avenir des transports. Certains rêvent à un retour des lignes transatlantiques ou à celui des dirigeables. D’autres estiment qu’un retour aux transports « utiles » est nécessaire. Ne laissons pas cette occasion d’y réfléchir.
 
Maintenant, soyons honnêtes. Cela fait quelques jours que je suis un homme heureux. Cela fait six ans que j’attends cela. Plus un bruit d’avion pour troubler les crépuscules ou les aurores. Même s’il reste les fondus de la tondeuse volante ou de la moto pour comptable, c’est quand même un plaisir indicible d’entendre les oiseaux sans être perturbé par les fossiles volants.
Je serai certainement traité d’égoïste sur les forums des journaux. Mais je ne dois pas être le seul. A en croire un sondage internet sur www.actu24.be, à la question « Le trafic aérien pourrait encore être perturbé pendant plusieurs jours. Qu'en pensez-vous ? » près de 60%  ont répondu qu’ils s’en foutaient parce qu’ils ne prenaient jamais l’avion ou qu’ils trouvaient plaisir à écouter le chant des oiseaux.
 
Denis MARION.

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.