S'identifier - S'inscrire - Contact

Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (1)

• Jeudi 25/08/2016 • Version imprimable

Le collectif accueille , une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de . (Signé : )

Il est des sujets qui sont à ce point sensibles que les aborder de manière rationnelle vous conduit à vous perdre lentement dans les méandres de l’Histoire ou de la bêtise humaine, ce qui dans bien des cas pourrait être la même chose.

Parler de l’état de la Palestine ou de son Etat vous entraîne dans de vieux conflits devenus dogmatiques dont vous vous voulez sortir en vous abreuvant de connaissances pour étayer votre raisonnement et tenir un discours objectif. Traiter du burkini ou de la place de l’Islam, de la religion ou des valeurs d’un peuple, pour que cela soit fait de manière intelligente exige du temps, beaucoup de temps… Envisager d’écrire une chronique sur ces sujets demande déjà un effort considérable, mais essayer d’y prendre du recul et accoucher d’un résultat ne donnerait presque qu’une gageüre.

Le Coran est-il plus violent que la Bible ou la Thora, par exemple ? Et bien allez lire les articles repris en ci-dessous…[i]

 

Ce qui est clair, est que, se basant ou non sur des textes, de tous temps et de tous les bords des illuminés ont pratiqué la violence lato sensu : l’exclusion, le conservatisme, le mépris…[ii]. Même les chéris du Bouddhisme font leurs petits extrémistes, avec les Rohingya qui se font massacrer par les bons Birmans à l’instigation de moines aussi néfastes que l’agent orange. [iii] Tiens, au fait, ces Rohingya sont des musulmans qui ont peut-être mérité leur sort par leur provocation, comme les femmes qui se font violer … « 27% des Français pensent que les victimes de viol sont plus responsables de leur sort que leurs agresseurs, si elles portent une tenue sexy. Un résultat surprenant qui relance le débat sur le manque d’éducation concernant cet acte ignoble… »[iv]. Cette comparaison n’est pas gratuite, puisqu’elle nous renvoie d’une part à la culture machiste de nos sociétés et au burkini évoqué plus haut.

Dans une publication, un internaute français écrit (en parlant du burkini) qu’« Il est urgent de se débarrasser de ces intégristes [fussent-ils français ?] qui pourrissent la France, et dont les partis extrêmes se nourrissent pendant que la gauche tourne la tête, refusant de voir la réalité, refusant de voir la situation explosive en France suite à tous ces renoncements en termes de laïcité, d'égalité, de justice sociale.[…] Alors soyons fermes sur nos valeurs »[v]

S'il faut se débarrasser des intégristes, jetez donc aussi dehors les tenants d'une droite extrême, les partisans d'un conservatisme, certains s'avançant avec un faux nez, d'autres pas, ceux d'un consumérisme qui impose des canons de beauté... etc....  Jouez donc le jeu, coupez les ponts avec les Saoudiens qui achètent vos rafales ou qui privatisent vos plages[vi], avec les Qatari qui financent vos footeux... Virez donc tous les Tartuffes....  tout comme les politiques ramasseurs de voix à tout prix[vii]. Virez aussi ceux qui s'indignent du sort des femmes en jouant au petit macho... Virez les dirigeants polonais pour qui la femme est une annexe de la cuisine[viii].

Bien entendu, les valeurs comme les droits de l’homme, la justice sociale sont à défendre. Mais s’il s’agit du port du string, cela rentre-t-il dans la notion de valeurs partagées dans l’Europe chrétienne ? Puisque l’Europe a obligatoirement (hum) des racines chrétiennes. (Comme des racines païennes, qui ont inspiré certains régimes extrêmes ou musulmanes si l’on considère l’histoire et l’architecture espagnole, mais bon, hein…). En matière de droits de l’homme, avec un petit h parfois, la flexibilité est extraordinaire… « Ainsi, plus d’une [personne sondée] sur deux (54%) [ en France] considère comme «pouvant se justifier» le recours à des décharges électriques sur une personne soupçonnée d’avoir posé une bombe prête à exploser[ix] ».

Les valeurs d’un peuple sont hétérogènes, comme celles des pratiquants d’une religion ou les tenants d’une idéologie. Monseigneur Vingt-Trois a l’air d’avoir beaucoup plus de points communs avec un mollah iranien qu’avec moi.

En tous les cas, résoudre les conflits par des exclusions ne tient qu'un temps. Si la fermeté peut ou doit être de mise parfois ou souvent, nous devons en user à bon escient en se basant sur la meilleure compréhension d’un problème.

J’essayerai de développer dans de prochaines chroniques certains éléments… Soyez donc patient avant de dégainer.

.

PS. A propos du burkini dont je ne suis pas défenseur, consultez ci-dessous ces différents articles[x].



[vii] https://app.box.com/s/8hjq1d0c7agnur64ee9p3ypn6snfr1ab Le Canard enchainé - 2016.08.10 - Une mosquée intégriste construite à coups de piston.pdf

 


Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.