S'identifier - S'inscrire - Contact

Tu ne tueras point a dit le Seigneur.

• Jeudi 20/05/2010 • Version imprimable

« Tu ne tueras point a dit le Seigneur. Cela ne veut pas dire seulement occire son voisin, mais aussi ne pas respecter le code de la route »
Extrait d’un prêche de 1953.[1]

Ma femme et moi avons failli mourir, il y a quelques semaines. Nous avons senti passer la faux sur une route près de chez nous, suffisamment près pour en entendre ce sifflement caractéristique pour ceux qui connaissent ce son d'un jour d’été, beaucoup moins rural et sympathique dans une voiture…

Cela vaut-il la peine d’en faire une chronique ? C’est déjà si difficile d’en relater les circonstances sans tomber dans le procès-verbal ou le constat et puis, je raconte déjà tellement mes déboires circulatoires.

Je n’aurais donc pas écrit cette chronique si, il y a peu, je n’avais pas été à Lasne, pays des 4x4 qui avalent les casse-vitesse censés les ralentir (ce que ne peut pas faire ma petite voiture). Je ne sais pas vous, mais je me sens toujours mal à l’aise quand je ne vois plus que la calandre d’une jeep dans mon rétroviseur. J’aime la convivialité, mais sur les routes, j’apprécie que l’on garde ses distances, quand bien même serait-ce une dame qui me suive.

J’aurais pu mettre cela sur le compte de la distraction si cela n’avait pas duré trois ou quatre cents mètres et quelques casse-vitesse. Alors, à un carrefour, je m’en ouvris à la conductrice, très poliment je vous assure. Elle me renvoya, manant, par un vulgaire « dégage », avec une rare arrogance qui rime si bien avec violence.

Alors, pour en revenir à ma presque fin, l’épisode relaté au début est simplement celui d’un homme trop pressé qui ne tient pas compte des interdictions de dépasser et de la possibilité qu’ont certains de tourner à gauche sur un trajet qu’il connaît très bien puisqu’il habite à quelques centaines de mètre de là.

Aurait-il provoqué  un accident, que l’on aurait sans doute parlé de « pas de chance », peut-être aussi d’homicide, mais si involontaire.

Et pourtant, je ne suis pas loin de croire que nous sommes plus près de la délinquance que de l’imprévoyance. Il y a quelques 150 homicides par an en Belgique et un petit millier de morts sur les routes[2]… Là-dedans, il doit bien en avoir quelques-uns qui tiennent plus du « meurtre »  que de l’erreur humaine.

Bruit, vitesse, intimidation du Matamore qui joue avec celle des autres, sont encore malgré toutes les campagnes de prévention, un modèle bien suivi, tant par les hommes que par les femmes d’ailleurs. Même dans ses formes les plus bénignes, cela est vécu  quotidiennement par des milliers de personnes comme de la violence, une violence si ordinaire que leurs ne s’en rendent pas compte ou ne s’en sentent pas responsables.

Pourtant, quels ne sont pas les citoyens qui se plaignent, par exemple, de la vitesse excessive dans les rues de nos villages et ont peur pour leurs enfants. Ils mettent en avant la perte de convivialité liée à cette insécurité. Chacun connaît maintenant ce lien entre vitesse et risque d’accident. Mais ce que l’on connaît moins, c’est le rapport entre la vitesse et le bruit. Passez dans une rue à 70 km/h plutôt qu’à 50 km/h augmente le bruit de 2 à 3 décibels, soit un doublement du niveau sonore[3]. Bien entendu, le revêtement de la route aura son rôle à jouer. Rouler à vive allure sur des pavés sera plus bruyant que sur de l’asphalte. La manière de conduire influence aussi nettement la pression sonore. Freiner et accélérer vivement à un carrefour ou à un casse-vitesse augmentera le bruit perçu par les riverains. Les études montrent que tout ce bruit n’est pas sans influence sur la santé et qu’il accentue cette perte de convivialité évoquée plus haut.[4]

Si nous nous mettions à lever le pied, à respecter les riverains et les autres usagers, si nous nous arrêtions de penser qu’un permis de conduire est un permis de port d’arme. 

Denis MARION.
 

[1] Repris d’un documentaire sur Fernand Raynaud, les trente glorieuses et la voiture.

[3] L’échelle des décibels est logarithmique : si l’on ajoute 3 décibels, cela correspond en fait au doublement du niveau sonore. Et si l’on ajoute 10 décibels à un niveau sonore, celui-ci est en fait multiplié par 10.

[4] Tenez-en alors compte dans votre manière de vous déplacer. Privilégiez les déplacements à pieds ou en vélo. Et si vous devez utiliser un véhicule à moteur, adoptez un mode de conduite respectueux. La convivialité et la sécurité en seront augmentées.

 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.