S'identifier - S'inscrire - Contact

Les problèmes des vrais gens.

• Jeudi 06/05/2010 • Version imprimable


La Belgique, déchirée entre Flamands et francophones, serre les rangs contre la burqa. Dans un rare moment d’unanimité, la Chambre des représentants a voté jeudi soir l’interdiction totale du voile islamique intégral dans l’espace public, faisant du royaume le premier Etat européen à légiférer sur le sujet
souligne vendredi Le Figaro.[1]

Le gouvernement se ramasse sur BHV, un dossier qui finalement n’intéresse que peu de monde, même en Flandres. Dans le même temps, nos députés trouvent le temps de voter une loi sur la burqa. Mettons les choses au point. Il est opportun de s’inquiéter de pratiques d’un autre âge, comme il serait opportun de se pencher sur les messages véhiculés par la publicité ou la mode, comme il est opportun de s’indigner du sort fait aux plus démunis ou à la planète.
 Mais il est peut-être plus facile de se battre sur des symboles qui ne concernent objectivement que peu de monde que de s’attaquer à des éléments fondamentaux : pauvreté, pollution, mode de vie destructeur,…
 
Serge Halimi, dans l’édition d’avril 2010 du Monde Diplomatique,  parlait de Burqa-bla-bla[2] 
Les Français sont vraisemblablement plus nombreux à connaître le nombre de minarets en Suisse (quatre) et de « burqas » en France (trois cent soixante-sept (1)) qu’à savoir que le Trésor public a perdu 20 milliards d’euros à la suite d’une décision « technique » de l’exécutif.
 
Dans une chronique récente, Henri Goldman traite du même thème
À part les associations défenderesses des droits de l’Homme dont les avis ont été souverainement ignorés (Amnesty international, Human Rights Watch, Ligue des droits de l’Homme, Mrax…), rien n’est venu troubler la belle et courageuse unanimité obtenue à si bon compte sur le dos d’une poignée de semi-cloîtrées silencieuses qui du coup le seront encore un peu plus. [3]

Détournons les yeux des électeurs avec des symboles[4] (dont parfois, il est vrai, ils ne se foutent pas), des réels problèmes. Qu’un arrondissement ne soit pas scindé ne contrariera que quelques excités et ceux dont le fonds de commerce est essentiellement le communautaire. L’interdiction de la burqa ne concernera que quelques femmes dont il faut certes s’inquiéter du sort, mais peut-être autrement…

Les mesures anti-crises pourraient ne pas être reconduites. Des propositions de loi intéressantes seront sans doute jetées aux paniers. Le travail des parlementaires sera à recommencer, avec toute la difficulté inhérente au parcours d’un texte de loi.

« Les vrais problèmes des gens » ont à la bouche de nombreux politiques.  Je préferais que l’on parle « des problèmes des vrais gens » parce que j’ai l’impression que certains élus ont quitté leur enveloppe charnelle.

 
Denis MARION
 
  

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.