S'identifier - S'inscrire - Contact

Serin serein

• Jeudi 27/01/2011 • Version imprimable

Un serin sereinUne chronique décousue ou pas tant que cela… Des petites choses reliées les unes aux autres et qui démontrent la marche du monde… Peut-être. Il y a quelques jours, ma petite femme a subi un test d’alcoolémie par la police de Louvain Sobre comme toujours, elle a échappé à l’opprobre, mais pas au sac de babioles publicitaires et inutiles que lui a fourgué un assistant quelconque. A part le gilet fluo aux armes d’un hebdo, il n’y avait guère de lien avec la sécurité et l’alcoolémie. Ou alors, la bouteille promotionnelle pour un apéritif sans alcool, un breuvage rougeâtre qui ressemblait à du liquide de frein.  Vous ne vous bourrez pas la gueule, vous avez droit alors à une petite récompense. Vous vous bourrez la gueule, vous êtes obligés de vider la bouteille de fluide hydraulique.

Il y a quelques temps, j’apprenais dans une conversation avec des collègues, que des Français, pour échapper à la perte de points sur leur permis, immatriculaient leur véhicule à l’étranger via une société écran. C’était un sujet de reportage sur une chaine française. Je me suis demandé combien de personnes trouvaient cela séduisant. Un d’entre nous était déjàpreneur. 380.000 personnes se sont rendues au Salon de la bagnole. Certes, pas à la grand’messe de la voiture, à la messe basse de l’utilitaire léger et du véhicule de loisir. En fait, le genre de véhicules inutiles pour la plupart d’entre nous, mais qui font impression sur les amateurs de Chuck Norris, les adeptes de la sécurité pour soi tout seul, les obsédés de la prise de hauteur. La plupart ne servira à rien si ce n’est à transporter les 250 livres d’un obèse urbain ou les cinquante kilos d’une pimbêche botoxée. Tiens, j’en ai vue une pincée hier dans un SUV Lexus, l’expression même du tout faux, hybrides toutes les deux.

Mais non, mais non, il y aura encore toujours du carburant pour nos véhicules m’assénait un jeune collègue. Au prix de quoi ? Un reportage canadien, sur TV5, décrivait les errements de la province de Québec sur l’exploitation des gaz de schiste, de l’absence de débat sur les risques environnementaux et sanitaires. Les effets négatifs sur les nappes phréatiques sont avérés[1]. Pourtant, les dirigeants québécois sont prêts à se lancer, sans précaution dans l’aventure, appâtés par les gains potentiels. Qu’importe si les eaux s’enflamment, il faut alimenter le bucher de nos vanités énergétiques. Sans doute sont-ils jaloux de leurs voisins de l’Alberta qui récoltent le fumeux pétrole bitumeux. Pourtant, ils devraient savoir que « Pour chaque baril de brut extrait des sables bitumineux du sud-est de la région, quatre barils d’eau doivent être pompés dans les rivières. Les projets d’exploitation qui ont déjà été approuvés ou attendent de l’être feraient plus que tripler la production de pétrole de l’Alberta. Il leur faudra la quantité d’eau proportionnelle pour enlever l’argile et le sable mélangés à l’or noir. Et il en faudra encore plus pour faire remonter le gaz naturel dans les puits de l’Alberta et du nord-est de la Colombie-Britannique[2]. »
Dans un récent article, « La guerre du Mackenzie est déclarée [3]» Chris Wood rappelle que « L’immense bassin du fleuve Mackenzie, dans le nord-ouest du Canada, attire les convoitises des compagnies pétrolières comme des producteurs d’hydroélectricité. Sera-t-il possible d’y résister ? » 

Lisez donc sur cet article sur les conséquences de notre avidité sur l’environnement « Le bassin du Mackenzie[4] recèle des richesses écologiques aussi importantes que celles de l’Amazone ou du Congo. En plus de nuire à la faune et à la flore, une détérioration de cet écosystème pourrait entraîner une cascade de catastrophes climatiques sur tout le continent, et peut-être au-delà. La santé du fleuve influe sur la forêt boréale qui le jouxte et qui s’étend jusqu’à l’océan Arctique : c’est le seul endroit en Amérique où les arbres poussent aussi loin au nord, ce qui donne une idée de la chaleur apportée par son eau. Et les scientifiques commencent tout juste à comprendre son influence sur la mer elle-même. “Nous ne savons pas ce que nous faisons à l’océan Arctique [lorsque nous modifions le cours supérieur du Mackenzie]”, reconnaît John Pomeroy, spécialiste du climat de l’Arctique et chercheur à l’université de la Saskatchewan, “mais ce qui est sûr, c’est que nous bouleversons certains mécanismes.” » Faut-il que « le canari meure » avant que nous réagissions? Peut-on éviter cette « écologie de la corde raide » ? Au train ou vont les choses, nous sommes, semble-t-il,  trop « serins » pour réagir.

La cage sera peut-être encore belle, mais les oiseaux auront crevé.

Denis Marion
Entrepreneur sans but lucratif

PS. Consultez aussi « Information sur les émissions de CO2 dans la publicité automobile »
http://www.tsnoy.be/2011/01/26/information-sur-les-emissions-de-co2-dans-la-publicite-automobile/

 


[1]http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article3566

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/294387/gaz-de-schistes-premiers-puits-en-sol-quebecois-en-2011

[2]http://www.courrierinternational.com/article/2011/01/20/la-guerre-du-mackenzie-est-declaree


Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.