S'identifier - S'inscrire - Contact

Total Recall

• Mercredi 02/02/2011 • Version imprimable

Jean Mistler disait « Le tourisme est l'industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux. » Que j’aime cette phrase.

Des peuples se révoltent contre des dictatures et de quoi parle-t-on, du tourisme, des touristes, des vacances interrompues, des vacances perturbées, des vacances remises, des vacances à venir.
Je ne vais pas en faire une généralité, mais les touristes interrogées ne pèchent pas par l’empathie ou la compréhension pour les peuples opprimés. Les caricaturistes[1] s’en sont donné à cœur joie dans la critique, mais les télévisions, dans la complaisance pour le vacancier de base.

Mais bon, à partir du moment où l’on choisit de passer ses vacances « en autocratie », c’est que l’on a peut-être fait une croix sur ses valeurs humanistes. Pour les touristes et ministres français Alliot-Marie[2] et Mitterrand, cela ne fait plus de doute.

Bien entendu, si l’on désire passer ses congés uniquement dans des démocraties un tant soit peu crédibles, l’éventail se restreint. Tiens, prenez par exemple le Mexique. J’ai un collègue qui y part bientôt pour une semaine. Vous imaginez les sarcasmes qu’il doit subir de ma part. Et bien, peut-on considérer le Mexique comme une démocratie ou un ersatz , un succédané[3] ?

Mais mon bon monsieur, pourquoi être aussi extrême ? Le tourisme peut servir au développement et les populations peuvent en profiter. Mieux vaut du pain que la liberté. D’abord, il serait bon de laisser le choix à ces populations. Ensuite, vous savez depuis longtemps que je méfie de cette antienne du développement par le tourisme. Je ne citerai qu’un seul exemple, Tozeur en Tunisie. Je vous invite à lire « Tozeur, ravagée par le tourisme ».[4]

Faut-il pour autant s’abstenir de voyager ? A chacun de voir, en son âme et conscience, ce qu’il est prêt à supporter, excès de CO², « soutien financier » à une dictature (nous sommes tous un petit peu TOTAL), prédation sur les ressources locales, pour satisfaire un besoin certes parfois légitime. Mais pour celui ou celle qui va faire simplement dorer leurs miches, il n’y a guère, excessif comme je suis, de justification et j’eus aimé qu’un journaliste, je n’en ai pas entendu, les mettent devant leurs responsabilités. 

Touriste amoral et compagnie TOTAL, finalement même combat.

 
Denis MARION

Entrepreneur sans but lucratif.

PS. Je l’ai faite courte et il y a peut-être des arguments pour continuer à visiter des dictatures. Mais lesquels ?

 
 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.