S'identifier - S'inscrire - Contact

Une si forte envie de silence

• Samedi 12/01/2008 • Version imprimable

Quelle est forte l’envie de nous faire taire, de nous imposer le silence. Que la marche des affaires (publiques ou non) se fasse discrètement et sans opposition. 

Pourrait-on croire, mes frères, que cette Belgique fonctionne toujours pour un mieux ? Pourrait-on croire mes frères que nos régimes dont nous sommes si fiers et si prompts à vanter les mérites auprès de pays que nous considérons comme arriérés en matière de politique démocratiques n’ont parfois que l’apparence de la démocratie ?

Mais avec quoi vient-il ? Il fait si bon vivre en nos nations européennes. Personne ne songe à bafouer nos droits et certainement pas celui à l’expression. Certes, je l’avoue, vous auriez raison, puisque vous me lisez. Je me plains et je ne suis pas censuré.

Il n’est pas encore là le temps où nous aurons tous les jours une police à notre porte. Encore que… J’avais évoqué dans cette chronique Mistress Kami Kaze, Misters SPiced hAM (1) et Super Carlos (1) les difficultés de certains citoyens face à des soupçons injustifiés. Ne voilà-t-il pas que sur la plainte d’un (devenu ex) ministre de la mobilité, l’on saisisse (si peu légalement apparemment) à son domicile le matériel informatique du président de l’AWACSS, une association de riverains bien connue ayant gagnéde nombreux procès contre l’état. N’est-ce point là une manière d’obtenir le silence sur la gestion désastreuse du dossier « Nuisances aériennes »?

Doit-on aussi considérer comme Maître Dermagne,  bâtonnier du barreau de Dinant, que la liberté de manifester est en péril. Il évoquait dans un article (2)  le cas d’ Abou Jahjah, condamné parce qu'il n'a pas apaisé les esprits. Il se demandait si « les mouvements collectifs de protestation allaient connaître une aire de glaciation en Belgique ? ». Ha ! Cette loi de 1891 faite pour obtenir le silence des plus revendicateurs. « Seront punis comme d'un crime ou d'un délit [...] ceux qui soit par des discours tenus dans des réunions ou dans des lieux publics, soit par des écrits, des imprimés, des images ou emblèmes quelconques [...] auront provoqué directement à le commettre. », voilà ce qui pend au nez des organisateurs d’une manifestation qui tournerait mal. Ne nous rassemblons pas, calmons les mères de famille et les pensionnés et surtout faisons silence.

Il est certainement aussi des méthodes plus douces, mais autant radicales pour que les réclamations s’apaisent. Je viens d’apprendre qu’un ministre wallon veut couper les vivres à Inter-Environnement Wallonie. (3) Est-ce sur base de raisons objectives ou simplement le prix payé pour exercer une critique citoyenne ? Osons croire que les subsides seront réalloués après réflexion.  Parce qu’en tant que citoyen, j’aime à penser qu’il y a des contre-pouvoirs hors de la politique et que le peuple ne doit pas rester une  « grande muette ».

Plus insidieux encore. Une demande de permis d’urbanisme innocente, une modification de voirie, sans plus. Alertée, une association, dans laquelle je milite, s’interroge sur les raisons réelles de cette demande. Elle ne serait que le prélude à une modification en profondeur d’une zone artisanale, pour en faire une zone de stockage, charroi routier à l’avenant. En dehors de la question du bien-fondé de cette modification, les informations données au public étaient à ce point légales qu’elles en étaient maigres. Nous avons donc écrit des articles (4) sur notre site et distribué des documents en invitant nos concitoyens à participer à la réunion d’information. Et de cette initiative, voici ce qu’en dit une riveraine du projet « Cela m'a permis de mieux comprendre la nature de cet aménagement, et je dois dire que cela fait peur. Mais c'est une très bonne chose, j'espère que grâce à cela nous serons nombreux demain à la fameuse réunion d'information ! En tout cas moi, j'y serai, et je ne compte pas rester les bras croisés. »  Elle pourra jouer son rôle de citoyenne que le laconisme légal lui volait.  

Silence que l’on nous impose sans en avoir l’air. Silence que nous nous imposons par peur ou par paresse. Faudrait-il toujours croire, comme Coluche que « La dictature c'est Ferme ta gueule!, la démocratie c'est Cause toujours! » ou que l’électeur est un veau pour paraphraser un autre français.

Tiens à propos de silence, et toujours en rapport avec Inter-Environnement Wallonie, je viens de gagner un prix au concours « Respectons le silence ». Allez visiter leur site pour juger de l’œuvre. (5)

 
 

1-     http://www.vincent-engel.com/article.php3?id_article=547

2-     http://www.lalibre.be/index.php?view=article&art_id=392770

3-     http://tropdebruit.be/news/le-ministre-antoine-veut-couper-les-vivres-a-inter-environnement-wallonie

4-     http://dossier.tropdebruit.be/news/voirie-a-gastuche

5-     http://www.sante-environnement.be/spip.php?article80


Commentaires

Lien croisé par Anonyme le Mercredi 10/11/2010 à 16:04

Les dossiers de TBBW - 12-01: Réunion d'information sur l'extension possible du : "Humeurs - Une si forte envie de silence : "te, s’interroge sur les raisons réelles de cette demande. Elle ne serait que le prélude à une modification en profondeur d’une zone artisanale, pour en faire une zone de stockage, charroi routier à l’avenant. En dehors de la question du bien-fondé de cette modification, les informations données au public étaient à ce point légales qu"



Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.