S'identifier - S'inscrire - Contact

Petits meurtres entre amis

Un récit de Stan

• Vendredi 06/12/2013 • Version imprimable

Au collectif nous connaissons beaucoup de gens.  La vie nous réserve toujours de belles (ou de moins belles) rencontres. par exemple, qui nous a raconté une belle histoire. Bon , c’est son pseudo. , c’est quand même mieux que Gilbert. Et puis, nous nous sommes demandé si ce choix n’avait pas été guidé par le titre d’une nouvelle de Simenon, le tueur. C’est peut-être un pseudo à clé[i].

Mais trêve de digression, commençons son récit.

Je ne suis pas une oie blanche, une perdrix de l’année. Je vis dans un monde difficile, mais aussi confortable quand on sait comment il fonctionne et comment s’y prendre. Il faut se garder de ses ennemis, mais parfois aussi de ses amis. J’y ai fait mon trou sans que ma plastique n’y soit, je pense, pour beaucoup.
Cependant, quand on vit dans ce monde depuis quinze ans , on se dit que c’est bon, que c’est fait, que le risque s’est éteint, même si l’on sait qu’il couve encore. Mais on n’y pense pas, pas trop pour ne pas s’angoisser inutilement, pour éviter de vilaines rides. Alors quand cela arrive, on est démunie, choquée, perdue.
Là, un de mes proches collègues vient d’être licencié. Sans prévenir, sans crime, sans fraude, sans faute grave. Il te prévient qu’il est appelé par la direction, il te revient viré. C’est comme si quelqu’un l’avait visé, l’avait dégommé. Un meurtre de sang-froid. Comme si un tueur s’était présenté sur le plateau, avait tiré et était reparti. Bien entendu que tu sais que cela se passe. Dans ton monde aussi. Mais cela se faisait différemment. Avec des formes, si pas avec des gants, en respectant des règles et des délais. Mais comme ça, sans raison objective. Non, cela ne t’était pas encore arrivé.
Et puis tu creuses, tu enquêtes. N’y avait-il pas une responsabilité de la part de la victime ? N’aurait-il pas chargé la barque, ne s’était-il pas révolté ? Mais non, même pas. Il n’était ni meilleur, ni pire qu’un autre. Il faisait de son mieux. D’ailleurs, toi personnellement, tu le trouvais compétent, et charmant, ce qui ne gâche rien. Mais au fur et à mesure, tu apprends des choses, qu’elles étaient écrites depuis longtemps, que tout était fait pour aller dans ce sens. Tu apprends qu’ils avaient écrit le scénario, précisément. Que l’aide qu’il était en droit d’attendre lui était refusée. Sans excès, mais avec constance. Ce n’était plus un meurtre, mais un assassinat.
Alors, tu t’es regardée. Les rides sont là. On ne peut pas assister impunément à de tels événements. Tout cela a l’apparence du droit, à défaut de celui de la justice, mais ce n’est qu’un vernis sur une extrême violence. Ce n’est qu’un voile sur une curée. Certains se repaissent du sang et les autres ferment les yeux par peur. Et se disent qu’ils avaient raison. Ils peuvent faire des victimes, des victimes expiatoires, des fusillés pour l’exemple.
 
Vais-je encore avoir peur longtemps ?
 
.
 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.