S'identifier - S'inscrire - Contact

Mobilité ou accessibilité ?

• Jeudi 09/02/2012 • Version imprimable

Carte blanche parue dans Espace-vie n° 218
Le besoin en mobilité est comme le pouvoir d’achat, un concept que l’on peut tordre et retordre pour le faire correspondre à ce que l’on veut, mais on ne saurait toucher ni à l’un, ni à l’autre tant ils sont devenus des symboles de notre société moderne. La mobilité est donc un enjeu des prochaines décennies. Ce n’est pas pour rien que les autorités, à tous niveaux, se lancent dans des plans. Comment prévoir l’avenir pour que les déplacements se fassent le plus harmonieusement possible. Ainsi, a eu lieu à Louvain-la-Neuve un colloque sur le sujet avec des interventions de qualité et des ateliers très instructifs. Pourtant, nous sommes restés sur notre faim. Déjà simplement parce que nous parlions essentiellement de déplacements domicile-travail ne représentant que 20 à 30% du flux. Le reste est constitué essentiellement des déplacements de « loisir », par essence « imprévisibles » et qui ne sauraient donc être planifiés. Ensuite parce que personne n’a défini ce qu’était réellement le besoin de mobilité.  C’est là pourtant une question essentielle. Permettre la mobilité, mais pour quoi faire ?  Enfin, cette mobilité discutée est restée essentiellement automobile, sans que puisse être envisagé la "disparition" de celle-ci.  Se déplacer en voiture est un axiome.

Laissons de côté le premier point du trio qui n’est somme toute qu’anecdotique. Même si la part des déplacements de loisirs a son importance pour analyser le second point.

Pourquoi se déplace-t-on ? Il y a, là derrière, un modèle de société. Bien entendu, chacun affirmera  qu’il est normal de se déplacer pour aller au travail, pour conduire les enfants à l’école, pour faire des courses, pour aller ici et revenir là. Qui oserait contester la légitimité de ces déplacements ? Les plus progressistes diront qu’il faut, au vu de la situation climatique, plus de transports en commun pour remplacer la voiture mais ils ne remettront pas en question le droit d’aller au cinéma et de rentrer à 22 h 30. Alors,  plutôt que de parler de mobilité à tout crin, ne faudrait-il pas alors se limiter à une notion d'accessibilité aux services?  Parce que tous ces choix individuels ne sont pas sans conséquence. En effet, la pression automobile, souvent plus aigüe le week-end que la semaine en dehors des heures de pointe, est telle qu'elle conduit à prendre des décisions politiques comme des infrastructures ou alors des obligations de parkings, de garages, des limitations de développement par le biais de règles de densification a minima, imposées aux citoyens qui souhaitent construire ou rénover. Des règles faites par peur de voir les rues s'embouteiller. 

A court terme, il s'agit peut-être de bonne politique. Mais à long terme, qu'en est-il? Si demain, l'énergie venait à manquer, ces arguments seraient-ils encore bien pensés?  Dans un article d'Espace-Vie, "Quel avenir pour notre territoire ?"[1], nous avions proposé de recréer des unités plus petites pour qu'elles soient proches des lieux de fourniture de consommation et de travail parce qu'une bonne partie de l'activité tertiaire s'éteindra et que le retour aux productions locales, agricoles ou industrielles, s’imposera largement. Cette solution, qui peut paraître incongrue, se fondait sur la disparition d’une énergie bon marché, impliquant la difficulté de maintenir des processus de production nécessitant matières premières et énergie pourtant en déclin, de maintenir une mobilité permanente des humains et des marchandises et la nécessité de restaurer un environnement équilibré.

Peut-être que les noyaux d'habitat comme l'accessibilité aux services doivent-ils être vus différemment? Une densification forte de nos villages peut-elle rester un tabou?  Ne serait-il pas plus sain  de mesurer les impacts des projets en tenant compte de ces critères : rareté de l'énergie et des terrains à bâtir, plutôt que du nombre de véhicules ou d'une pseudo-ruralité.

Anne Collignon, géographe et urbaniste, Hermann Pirmez, anthropologue, Denis Marion, économiste.



[1] Numéro 197 d'Espace-Vie, "Quel avenir pour notre territoire ?" 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.