S'identifier - S'inscrire - Contact

La peinture verte est-elle encore à la mode?

• Mercredi 01/02/2012 • Version imprimable

Nous suivions dernièrement une conférence sur le rôle de l’écologie dans un environnement essentiellement économique, où tous les préceptes de fonctionnement de la société sont régis par la finance.  Est-il concevable de dire que l’écologie peut être l’avenir de l’économie ? 

Le propos était de se dire qu’une économie qui n’intégrerait pas un minimum (ou un maximum) l’écologie n’était plus viable. L’orateur défendait l’idée d’une comptabilisation environnementale  complémentaire à la comptabilité classique qui aurait pour effet une régulation « naturelle » et éliminerait peu à peu les processus les plus polluants. Concept séduisant et infiniment indispensable. Mais remplirait-il réellement son rôle ? Nous pouvons bien entendu supposer que particulièrement vertueux et sensibles aux coûts, les entrepreneurs se dirigeront vers le moins polluant. Nous pouvons également supposer que les consommateurs seront tout aussi sensibles et ne réclameront pas autre chose. Mais la question la plus évidente ne semble pas être posée. Le produit ou le service en question sont-ils nécessaires ? Ce qui est offert, aussi peu polluant cela soit-il, est-il indispensable, vital ? Cela remplit-il une fonction quelconque mais essentielle pour la société ou n’est-ce qu’un avatar de plus de ces besoins que l’on nous prête.

Une autre idée défendue par l’orateur était le travail sur l’efficience des matériaux et leur bon usage. Concevoir que, d’une certaine façon, la technologie est une part de la solution. Nous ne saurions faire nôtre le principe de rejet systématique des avancées techniques. Mais leur acceptation ne peut se défendre que si le progrès engrangé a un réel sens socio-environnemental. (Incidemment, il serait bon d’évaluer la valeur éthique de ces progrès quand ils sont le fruit d’une collaboration avec une dictature, comme la Chine par exemple).

Nous ne pouvons pas non plus nier l’importance du recyclage. Mais le recyclage, s’il est une obligation, n’interdit pas par lui-même l’excès de fabrication. Le recyclage ne doit pas éluder la question de la nécessité du déchet ou plus précisément de sa qualification. Fabriquer un objet à partir de bouchons de plastique suppose que le bouchon soit produit. La question est, aussi peu évidente soit-elle pour certains, la nécessité de le produire. Pouvons-nous décemment imaginer une société « zéro déchets » ? Nous pensons possible de l’approcher.

Fonder par ailleurs une société sur le déchet est par ailleurs hasardeux. Prenons l’exemple d’une unité de bio méthanisation. Sa viabilité est liée à l’existence de produits utilisables dans son processus.  Nous pouvons imaginer que l’évolution des pratiques (agri-)culturales assèchera les sources « bon marché » : diminution de l’élevage intensif, utilisation des déchets de haies comme bois raméal fragmenté ou compostage direct des sous-produits.

Tout cela nous fait penser que aussi séduisantes puissent être toutes ces propositions, elles n’auraient un effet, fût-il (ou futile) important, qu’à la marge. Parce que la question qui subsiste est : l’économie (à tout le moins celle de marché) est-elle viable dans un environnement fini ?

Le collectif .
 

Commentaires

par Louis Wyckmans le Dimanche 05/02/2012 à 20:52

Chers Calvin et Hobbes,

On est d'accord. L'écologie est l'avenir de l'économie.
J'étais aussi dans la salle: le conférencier auquel vous vous référez jugeait apparemment qu'en mettant une couche de peinture verte sur le processus économique on avait la solution. C'est faux. Une économie conforme aux fondamentaux de l'écologie politique ne produit et ne consomme que ce qui est porteur pour tous de qualité de vie. Elle réduit autant que faire se peut les inégalités diverses. Elle se soucie de la qualité de vie des générations futures.
Est-ce compatible avec les fondamentaux de l'économie de marché? Ma réponse, pour autant que je raisonne sainement, est non. 
Est-ce qu'une formation politique peut espérer jouer efficacement son rôle (avoir ses représentants dans les parlements, voire dans les gouvernements) en mettant cette conviction (voici notre programme, votez pour nous svp) au choix de l'électeur (un électeur bombardé de slogans productivistes, n'oublions-pas)?
Ben, non. Faudra jouer fin, faire de la contagion culturelle et développer, dans cette optique, des politiques de verdissement qui pourront suggérer aux électeurs - ils ont les yeux en face des trous - combien l'économie de marché est à côté de la plaque.  



Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.