S'identifier - S'inscrire - Contact

Les fausses notes des ténors de parti

• Mardi 29/05/2007 • Version imprimable

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai la nette impression que l’on parle beaucoup d’écologie ces derniers temps... Moi d’abord, par habitude ; mais surtout les partis politiques. Ils se découvrent tous un penchant pour la nature ou le sauvetage de la planète. Tous ont dans leur arsenal le bouclier antiréchauffement, le missile antiCO.

Bon, ils n’ont pas été tous brillants au grand oral du pacte écologique. Plutôt la mention « peut mieux faire »... mais en ont-ils la capacité ? Parfois, je me demande s’ils sont conscients des bourdes qu’ils disent ou peut-être comptent-ils sur la distraction légendaire du citoyen ? Ainsi dernièrement, lors d’un débat, un ténor de parti (dix de revenus) se prononçait clairement et indéfectiblement contre l’interdiction de la publicité pour les voyages en avion. Moi qui n’écoutait alors que distraitement, occupé à peler les « patates » (qui accompagnent merveilleusement bien une omelette aux fines herbes), mon oreille s’est dressée et mon sang n’a fait qu’un tour. Bon, d’accord, je suis de ceux qui ont soutenu cette initiative pour l’interdiction de la réclame pour les déplacements en avion. (1) Mais à chacun ses opinions, pour autant que l’on vienne avec des arguments bien pensés, comme dirait ma femme, flamande d’origine. Et là, les arguments me laissaient pantois. En substance, ce brave homme politique était contre l’interdiction de la publicité parce qu’il ne voulait pas que nos pensionnés soient empêchés de voyager par avion. Quel est le lien de cause à effet ? On a interdit la publicité pour le tabac, cela n’empêche pas de fumer une « clope ». Cela diminue simplement la « tentation ». N’était-ce pas un peu démagogique comme position ? Le genre, « je suis le défenseur des petits pensionnés (pas si petits que ça d’ailleurs) que l’on veut priver de voyage. » (Dans une réunion de famille, dernièrement, un de ces (pas si) petits pensionnés était tout fier de me dire qu’il était déjà parti trois fois par avion cette année.) Mais comme c’est la campagne électorale et qu’une campagne sans récupération ou démagogie ne serait apparemment pas une campagne, j’ai laissé passer.

Encore que cela me restait en travers de la gorge... un truc qui vous racle la muqueuse et dont vous ne savez pas vous débarrasser. Alors, en regardant l’émission Thalassa « Ca va chauffer » (2), je me suis dit que cela méritait une petite chronique, histoire de faire encore passer ma mauvaise humeur. Quand vous avez vu les habitants des Maldives lentement, mais inexorablement dépossédés de leur terre par la montée des eaux, quand vous avez vu les habitants de Tuvalu tenter le développement durable pour symboliquement enrayer un réchauffement climatique dont ils ne sont guère responsables, eux dont les terres aussi disparaissent, quand on a vu les Inuits se rendre compte que leur mode de vie ancestral doit céder devant la fonte de la banquise provoquée là encore par des éléments dont ils ne sont pas responsables, quand on a vu les Bataves se réjouir d’avoir assez d’argent pour remonter leurs digues, on peut légitimement se demander s’il n’est pas des choses plus importantes que de défendre le droit au voyage de nos petits pensionnés en s’opposant à une mesure saine qui est d’interdire la propagande pour des drogues dures ou des produits dangereux.

Parce que ces (pas si) petits pensionnés tout fiérots de faire leurs petits voyages d’agrément, ils ont une empreinte écologique digne de big foot..., pas un trente-trois fillette. Et le jour où il faudra passer à la caisse, dans les vingt, trente ans à venir, ils seront, il ne seront plus là. Après moi, les mouches.

Pour en revenir à mon ténor de parti, je n’ai pas l’impression qu’il sait ce qu’« environnement » veut dire... en tous les cas, pas associé à « protection de l’... ».

Bon, encore deux semaines avant les élections... et au moins quatre ou cinq réunions électorales où je vais pointer mon nez et poser des questions.

(1) http://tropdebruit.be/news/stop-a-la-pub-pour-les-voitures-et-les-voyages-en-avion (2) http://www.thalassa.france3.fr/thalassa-emission.php ?id_article=1664


Commentaires

par Patrick Martens le Mardi 29/05/2007 à 15:02

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai la nette impression que l’on croit souvent naïvement aux vertus des interdictions de la publicité. Le premier produit à avoir eu son interdiction de publicité a été la cigarette et force est de constaté que ça ne m'empêche ni d'en griller une ni même d'avoir la même consommation qu'apuparavant. Même l'interdiction de fumer dans les lieux publics n'y à rien fait. D'autres produits qui n'ont jamais eu droit à la publicité sont les drogues illégales et cependant leur trafic ne s'est jamais aussi bien porté.

Interdire la publicité pour les low-costs changera-t-il le comportement des gens ?

Laissez -moi en douter ou .... convainquez-moi, je serai alors le premier partisan de l'interdiction de publicité pour la bouffe type , pour le pinard, la bière et autres eaux-de-vie, pour les autos, pour les télés à large écrans énergivores, pour l'eau (ben quoi !! Z'avez qu'à boire celle du robinet, elle est moins chère et souvent meilleure), pour les bonbons avant les émissions pour enfants, pour les guirlandes lumineuses de Noël, pour les langes jetables, pour les fringues portés par des mannequins anorexiques, pour les produits importés par avion, pour les produits fabriqués par des petits n'enfants, pour les voyages dans des pays qui ne respectent pas la démocratie etc .....

Faut-il interdire la publicité en général ? Finalement, ce serait peut-être là le vrai débat.


Re: par Anonyme le Mercredi 30/05/2007 à 10:18

Il est faux de dire que l'interdiction de la publicité pour le tabac et l'interdiction de fumer dans les lieux publics n'a pas changé les choses.
Bien sur, les fumeurs invétérés (dont je suis!) n'ont pas éteint leur dernière cigarette du jour au lendemain.  Bien sur, les chiffres ne montrent pour le moment qu'une baisse relativement faible du nombre de paquets vendus, mais cette baisse est réelle, et elle ne peut que s'accroître avec le temps.  N'oublions pas que ce genre de mesure doit surtout porter ses effets sur les nouvelles générations, qui n'ont pas encore goûté au plaisirs maintenant défendus.  On ne peut prévoir exactement comment réagiront les gens pour qui la cigarette est devenue amorale, et en tous cas n'est plus synonyme du bien-être qu'a si bien réussi à instiller en nous le cow-boy Marlboro.  Mais laissons aux jeunes la chance de pouvoir se passer de ce poison, et de décider avec un réel libre arbitre.

Par contre, à la question de savoir si ce n'est pas toute la pub qu'il faudrait interdire (a l'exception de la pub pour les événements culturels), alors là, oui, je dis d'accord!  Mais ça ne peut se faire du jour au lendemain, alors commençons par ce qui est urgent: interdisons la pub pour tout ce qui "nuit gravement à la santé".  Bien sur, tout ce qui pollue doit y être inclus, à commencer par les avions!



Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.