S'identifier - S'inscrire - Contact

La foire aux cocus

• Dimanche 17/06/2007 • Version imprimable

En ces lendemains d’élections, je ne vous parlerai pas de vos votes et je ne ferai pas de conclusions hâtives. Je ne vous dirai que mes craintes de voir l’environnement passer au second plan, derrière des avancées diverses qui seront sans doute autant de reculs significatifs. Mais bon, le vin, aigre pour certains, est tiré, il faut maintenant le boire. Un journaliste de l’Express disait des élections que c’était la foire aux cocus et les lendemains de veille sont parfois lourds à digérer. Une autre façon de dire que les lendemains déchantent toujours au moins un peu et que les compromis, sans lesquels la vie en société serait impossible, ont des syllabes éclairantes quand ils sont poussés au maximum.

Alors, pourquoi s’inquiéter plus aujourd’hui que pour les précédentes élections ? Parce que je ne suis pas convaincu qu’en Belgique, le « développement durable » et l’environnement seront des priorités, alors que l’urgence est là. Dans la plupart des partis, de la gauche à la droite, si ces thèmes ont été abordés, ils ont bien été vite oubliés pour donner la préséance à des querelles de personnes ou des questions communautaires. On se fixera vraisemblablement un agenda nationalo-économico-social dans lequel on omettra les échéances climatiques. Pourtant, les traites seront à payer avec certitude, mais avec des intérêts de retard par les moins vieux d’entre nous.

A l’Europe, je ne suis pas non plus convaincu que le « milieu » soit réellement au « centre » des préoccupations. Par exemple, le rapport de force entre concurrence et transport d’un côté et environnement de l’autre semble toujours être en faveur des premiers. Certes, on ne peut nier que de nombreuses (tentatives d’) avancées existent au niveau européen. Ainsi, dernièrement, il semblait clair que l’Europe (ou à tout le moins les parlementaires) envisageait d’introduire le trafic aérien dans les quotas d’émissions de CO. (1) Pour autant, ce n’est pas pour cela que la commission sera du même avis. Ainsi, deux directives, l’une sur la gestion du bruit, l’autre sur les aéroports devraient être rediscutées prochainement. Mes impressions, après avoir participé à l’un ou l’autre colloques ou réunions, ne sont pas précisément positives et ce n’est pas le dernier jugement de la Cour européenne de Justice qui serait fait pour rassurer. (2)
Dans un autre domaine, celui de l’agriculture, les signaux ne sont pas plus prometteurs. Le règlement adopté par le Conseil des Ministres de l’Agriculture autorise une proportion importante d’OGM dans les produits de la filière « bio ». (3) Le secteur concerné et les parlementaires européens étaient beaucoup plus exigeants, tandis que les représentants des gouvernements nationaux se montrent particulièrement laxistes. Il serait intéressant de savoir sous la pression de quels lobbys ? Il est en effet curieux de voir qu’une filière qui veut se montrer exigeante sur la qualité de ses produits se fait contrecarrer par une autorité publique...

Que je regrette cette constance dans l’imprévoyance, la pusillanimité alors que le temps presse. (4) Cette volonté de ne rien faire ou pas trop vite pour ne déplaire à personne, si ne n’est à quelques scientifiques ou autres environnementalistes obtus nous conduira un jour à prendre des décisions rapides, peut-être devenues inutiles parce que trop tardives, mais certainement cruelles.

Pour revenir à la foire aux cocus, dans un dossier qui me tient à cœur, celui des nuisances aériennes, les associations avaient envoyé un questionnaire aux quatre partis francophones. Elles les ont aussi sondés lors de séances publiques. Les réponses ont été actées. Je serai curieux de voir combien de temps, certains d’entre eux mettront pour jeter leurs promesses au bac... Tiens BAC, n’est-ce pas aussi le nom d’un exploitant d’aéroport dont les propriétaires coulent des jours heureux aux Bermudes.

Bah, plus que deux ans à attendre... les régionales sont pour 2009. On pourra toujours se venger lors de la foire aux cocus... mais il faudra plus pour refroidir le climat.

PS. Ne me faites pas écrire que ce je ne pense pas... je ne suis pas antipolitique.

1. http://tropdebruit.be/news/les-emissions-du-secteur-aerien-sont-non-negligeables
2. http://tropdebruit.be/news/la-cour-europeenne-de-justice-juge-invalide-l-arrete-royal-belge-sur-les-avions-hushkittes
3. http://tropdebruit.be/news/nouveau-reglement-europeen-controverse-de-l-ogm-dans-le-bio
4. http://tropdebruit.be/news/l-irresistible-ascension-des-emissions-de-co2


Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.