S'identifier - S'inscrire - Contact

Dites-moi quand nous serons prêts

• Mercredi 27/04/2011 • Version imprimable

L’honneur est sauf, mais de si peu. Huit cent cinquante personnes pour défendre la tabagie dans les cafés et mille pour s’inquiéter de nos usages énergétiques. Les amateurs de fumée sont là pour défendre une survivance du passé, le droit d’imposer à autrui son goût pour la nicotine et le goudron. Les anti-nucléaires se préoccupent d’un avenir qu’ils voudraient plus radieux que radioactifs. Les premiers parlent de leur liberté, les seconds, de celles de nos enfants.

Cette antienne revient : « ma liberté, ma liberté » sans que jamais n’en soit évoqué le coût pour autrui. Le tabac est en une magnifique image. Respirer l’irrespirable pour que je jouisse (si peu) de mes assuétudes.

Ils étaient si peu nombreux (et je n’en fus pas) mais ce n’est pas tant la faute de ces militants anti-nucléaire que celle de l’apathie ambiante. Pendant que certains arpentaient les pavés de la capitale, plus de dix mille concitoyens se rendaient dans un seul parc d’attraction. Ainsi va le monde. Il a fallu les efforts conjugués d’un anniversaire, celui des vingt-cinq ans de Tchernobyl, et d’une catastrophe au Japon, pour qu’un peu de monde se réveille. Cela durera-t-il plus longtemps que les muguets ?
Bien entendu, tout le monde a eu un moment d’inquiétude et puis les autorités sont arrivées, rassurantes. Nos centrales sont sûres, surveillées, sans souci. La seule façon de satisfaire nos besoins et Kyoto est le recours à l’atome. La messe est dite. Il ne nous reste plus qu’à dire amen et à penser à autre chose. Cela tombe bien. Nous n’aimons pas penser. De place en place, de temps à autre, nous aurons peut-être une bouffée de questions, mais cela ne durera pas.
Pourtant, si le lobby du tabac et ses esclaves consentants ont dû reculer, ne serait-ce pas possible pour les adorateurs de la fission ? Mais l’odeur du tabac et le cancer du voisin sont des choses qui nous sont connues. La terre et les eaux contaminées, les corps qui se meurent irradiés nous sont encore trop lointains pour que nous en ayons les traces dans nos vêtements, dans nos poumons ou dans nos deuils.

Peut-être faudrait-il imposer des photographies de liquidateurs ukrainiens sur nos factures d’électricité ?

Denis MARION
Entrepreneur sans but lucratif.

Allez voir http://tropdebruit.be/news/tchernobyl-25-ans-apres


Commentaires

par Anonyme le Jeudi 28/04/2011 à 10:18

Excellent billet d’humeur.

À mon avis c’est seulement parce qu’on arrive facilement à rassurer les gens. Se sentant impuissants, ils sont prêts à entendre la moindre parole rassurante et donc laissent faire. C’est un peu comme les normes. Par exemple sur les radiations. On dit que les normes ne sont pas dépassées. Mais qui décide des normes et qui dit que sous celles-ci il n’y a pas de danger. Ce sont les lobbys.

Une petite histoire même si celle-ci montre combien on peut être naïf (en l'occurrence combien j’ai été naïve).

Plus jeune j’avais pris l’avion (je ne le prends plus). J’avais demandé une place non-fumeur et me voilà assise juste derrière une affichette piquée sur le dossier du siège devant moi qui disait la limite des non-fumeurs. J’étais donc dans la partie fumeur. Mécontente, j’appelle l’hôtesse qui gentiment a enlevé l’affichette pour le piquer derrière moi sur le dossier de mon propre siège. D’un geste, je me suis retrouvée dans la partie non-fumeur. Cette histoire où j’étais particulièrement ridicule montre à quel point nous pouvons être malléables et vite tranquillisés, ici une simple affichette qui changeait la norme. Heureusement, moi ça m'a fait réfléchir. Finalement on profite de nous en pratiquant des méthodes qu’on use sur les enfants. Mais ce n’est pas pour notre bien.



Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.