S'identifier - S'inscrire - Contact

Copenhague: Barnum of not Barnum? (Seconde partie)

• Jeudi 24/12/2009 • Version imprimable

A rapprocher de Copenhague: Barnum of not Barnum (1)? (première partie)

Les lampions sont éteints, les chapiteaux sont démontés, le cirque est parti et personne n’est heureux des représentations. Personne, hormis les encore sceptiques, comme le président du Parti populaire, Mischaël Modrikamen, qui estime que la conférence de Copenhague fait l’impasse sur des théories scientifiques qui contestent le réchauffement climatique.[1] Son scepticisme tient d’ailleurs plus à la défense d’un système économique qu’une position réellement scientifique et fondée. L’homme s’adapte toujours, prétend-t-il. Ou alors s’envolera vers une autre planète comme l’affirmait le rédacteur de l’Express dans une émission de télévision. Qu’importe ce que l’on détruit pour autant que l’on s’en sorte. A ce petit jeu, je miserai plus sur la terre que sur l’homme.
Donc Copenhague serait un fiasco, un demi, un quart, quelque peu, mais un fiasco quand même. Est-ce que cet « échec » trouble les gens ? J’étais à une soirée d’anniversaire samedi soir et les dialogues n’étaient guère encourageant :
  • Nous avons réservé nos vacances au Maroc.
  • Ho, zut ! Nous avons oublié de le faire. J’avais pensé au Mexique. Qu’en penses-tu, chou ?
  • Le gamin voulait rester chez son papy pour se faire tirer le traineau par le quad….
  • Tu a vu dans le sud de la France. Ils ont éteint les illuminations de Noël pour éviter des problèmes avec la production d’électricité. C’est dommage pour l’esprit de Noël.

Je n’ai rien entendu sur Copenhague.

Portrait tiré, mais exceptionnel.

Si peu… Sur les chemins de ma promenade dimanche, il y avait plus de traces de roues de quads que de pieds. Et s’il y avait des luges, elles étaient précédées par un 4x4, avec des enfants gavés au Co². Le clinquant des fêtes est bien là. Et dans la presse, on parlait autant de Copenhague que des pauvres voyageurs bloqués dans les aéroports.

Revenons à cette conférence. Finalement, est-ce réellement une catastrophe ?

Pierre Radanne, ancien président de l'Agence française de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, n’était pas des plus positifs et mettait en avant la nécessité de mettre en place nos réponses rapidement sans attendre les impacts de plus en plus graves du réchauffement parce que « la pédagogie de la catastrophe, ça ne marche pas. Il faudrait un paquet de catastrophes et diablement bien réparties à la surface du globe pour que les choses changent ».

Jean-Pascal Van Ypersele, vice-président du Giec, parle d'un « petit pas, plus grand que les précédents»…

Jean-Marc Jancovici est lui encore plus optimiste et estime que cet accord tout simplement politique soit-il est en fait une meilleure chose qu’un traité si peu contraignant. « Que les grands de ce monde aient passé une nuit blanche, enfermés ensemble dans une pièce, à mouiller la chemise pour rédiger un texte en commun est même une excellente nouvelle, car de mémoire de diplomate jamais 28 présidents n'ont procédé de la sorte pour discuter d'un accord international. Comment ne pas espérer que cet épisode va durablement impacter ce qui se passera désormais? »[2] et il continue en affirmant que « L'histoire - et probablement une histoire assez proche -dira si nous venons de vivre la fin des haricots ou si nous venons d'enclencher l'accélération du passage à l'action. Et, d'une certaine manière, c'est à nous, acteurs économiques et consommateurs, de nous manifester pour que les mois qui viennent permettent de garder le meilleur et d'éviter le pire. Rendez-vous dans six mois. »

Là est finalement le réel enseignement, à tout le moins dans nos démocraties. Nos choix, nos pressions, peuvent dans une mesure certaine changer la donne. « Alors, tenez-le-vous pour dit, prendre des vacances est un acte politique ».[3] Acheter est un acte politique. Vivre est un acte politique. A vous de voir l’avenir de vos gosses.
 
Denis MARION.

[2] Des avancées au sommet sur le climat - Les Echos.fr

22 déc. 2009 ... JEAN-MARC JANCOVICI Le point de vue de jean-marc jancovici. ... JEAN-MARC JANCOVICI. Des avancées au sommet sur le climat. [ 22/12/09 ] ...


Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.