S'identifier - S'inscrire - Contact

Cita Verte, un exemple ? (2)

• Mercredi 17/02/2010 • Version imprimable

Il est de coutume de célébrer dans nos sociétés l’esprit d’équipe. Ce n’est pas pour rien que le « fouteballe » a autant de succès. Et une équipe gouvernementale, ce n’est pas autre chose qu’une équipe qui tend à vouloir marquer des buts, en favorisant le jeu, mais c’est toujours au dernier, celui qui a le ballon et qui est devant le « goal » d’envoyer au fond des filets. Là, il est seul, devant sa décision.

Cette métaphore « fouteballistique » en fera pleurer plus d’un par son indigence, mais quand même, le gouvernement wallon, c’est quand même une équipe qui veut atteindre ses buts décrits dans une déclaration. Alors, la sortie de certain ministre dans le dossier « Cita Verde», conseillant à tous d’introduire un recours contre la décision d’un de ses collègues, cela fait penser à un gardien qui demanderait un carton rouge pour son propre avant-centre.

Qu’un bourgmestre, qu’un membre de l’opposition, qu’un député fassent ce genre de recommandations, je peux le comprendre. Ils ont leur liberté de parole. Mais au sein d’une même équipe… Cela démontre une certaine idée de faire de la politique, un jeu où il est plus important d’empêcher les autres de marquer que de faire gagner l’équipe. Ce n’est autre chose quand un ministre, ardent opposant d’un projet, en devient un défenseur quand le ministre, gestionnaire du dossier, change de couleur politique.

Bien entendu, comme au « fouteballe », il y a des individualités, mais les problèmes d’ego, cela se règle dans les vestiaires, pas sur le terrain ou dans la presse. Comme électeur, j’attends d’une équipe gouvernementale qu’elle gouverne, en équipe, en collaboration quand cela est nécessaire. Y aurait-il des divergences ou des manquements, que cela se règle dans l’intimité. D’aucuns jugeront cela hypocrite. Personnellement, je le trouve beaucoup moins que de signer une déclaration commune et de s’en torcher par après. Et puis, j’ai toujours eu horreur des couples qui se disputent en public…

Ha ! Cette déclaration de politique régionale… Elle est signée. Il faut l’appliquer… Ce n’est pas comme certains voudraient le faire croire, une déclaration de bonnes intentions dont on paverait l’enfer wallon. Ce sont des contraintes, mais des contraintes librement consenties par les signataires. A eux de les assumer.

Denis MARION.
 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.