S'identifier - S'inscrire - Contact

Chronique d'été: Tina pourrait-elle se prendre un platane?

• Jeudi 08/09/2011 • Version imprimable

Nous avions laissé nos amis, il y a quelques semaines. Depuis, silence radio. D'après mes sources, ils se seraient exilés pendant trois semaines dans une cabane forestière, pas loin de la Géronne, dans une Ardenne peu touristique.

Les voilà revenus, guère marqués par les moustiques, l'exil ou le temps. Mais sans plus sur ce qu'ils ont fait. Chacun a droit à sa part d'intimité.

Le blondinet est penché au-dessus de l'épaule de la rondelette en train de taper sa prochaine chronique.
- Tiens, dit-il, tu reviens sur Tchernobyl.

- Ben, oui. Un non-lieu général dans l'enquête sur l'impact de Tchernobyl en France mérite qu'on y revienne. Selon les analyses scientifiques, la catastrophe nucléaire de 1986 n'a pas eu de conséquences sanitaires en France. Aucun lien n'a été fait avec les maladies de la thyroïde. Pourtant, un récent rapport d'experts a établi qu'une augmentation importante de la proportion des troubles de la thyroïde a été observée en Corse après l'accident de Tchernobyl[1].

- Tu considères qu'ils mentent.

- Je considère qu'il y a doute et je n'ai pas pour principe de croire systématiquement à tout ce que me racontent les autorités.

- Mais à ce train là, tu passes ton temps à cela. Et puis, cela fait aussi « Grande théorie du complot », s’étonne le blondinet.

- Rassure-toi. Je ne suis pas parano et je garde du temps pour moi. Mais il n’empêche. Plus nous sommes à nous occuper de ce genre d’affaires, mieux c’est.

 
- Bordel, entend-t-on alors dans l’escalier.

Et voilà que le reste de la troupe déboule dans la pièce.

- Que pasa ? s’informe la rondelette.

- Des platanes ! Certains s’énervent avec des arbres, répond la plus jeune, en s’affalant dans le divan.

- Il a raison, s’énerve la brunette qui s’assied sur le pouf.

- Expliquez-nous !

- Voilà, commence le plus vieux. Je vous cite « On n’allait pas faire sauter le gouvernement pour des platanes », estimait Charles Picqué (PS), pour qui « remettre en cause le projet, c’était aussi mettre à mal la cohésion au sein du gouvernement. On ne peut pas se le permettre, surtout en cette période délicate ».

- Pour des raisons communautaires, on va abattre des centaines d’arbres. Il faut satisfaire la volonté d’une ministre contre celle de dix mille citoyens, continue la brunette. Pourtant, il existait une alternative. Un beau projet[2]. Mais Tina est passée par là.

- Tina, c’est la ministre ? demande le blondinet.

- Non, c’est Brigitte Grouwels, répond le plus vieux. Mais elle pourrait s’appeler Tina Grouwels.

- Pourquoi Tina ?

- Tina pour There is no alternative[3], explique la plus jeune. Il n'y a pas d'alternative

- En fait, c’est un acronyme que nous pourrions toujours avoir sur le bout de la langue, poursuit notre rondelette en regardant le blondinet. Combien de fois n’entendons-nous pas cela dans la bouche d’experts, de chefs d’entreprise ou de politiciens. Cela peut être vrai, mais bien souvent d’autres voies existent. Mais faute de réflexion, par intérêt, par paresse, par addiction à une pensée dominante, Tina revient toujours.

- Tina, ti n’as pas le choix. Ils ont décidé pour toi, si je comprends bien, ironise le blondinet.

- Tu as tout compris, lui sourit la rondelette.

- Il a tout compris, reprennent en chœur tous les autres.

- La remise en cause des idées reçues en économie, c’est aussi un peu combattre Tina ?, se demande le blondinet.

- Tu nous étonnes, dit le plus vieux.

- Je viens de tomber sur le Manifeste des économistes atterrés[4] et je trouve cela très perturbant. Cela remet en cause tous mes acquis.

- Et bien, tant mieux.
 

Propos recueillis à droite et à gauche par Denis Marion, entrepreneur sans but lucratif.



[3] There is no alternative (TINA « il n'y a pas d'alternative » en français) est un slogan politique couramment attribué à Margaret Thatcher lorsqu'elle était Premier ministre du Royaume-Uni qui signifie que le marché, le capitalisme et la mondialisation sont des phénomènes nécessaires et bénéfiques et que tout régime qui prend une autre voie court à l'échec. Elle a toutefois peu utilisé cette expression en ce sens au cours de sa carrière dans ses interventions officielles. L'expression, notamment sous forme de l'acronyme « TINA », est restée.

[4] http://economistes-atterres.blogspot.com/2010/09/manifeste-des-economistes-atterres.html 

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.