S'identifier - S'inscrire - Contact

Je déclare sur l’honneur

Que tout cela compte pour du beurre

• Jeudi 08/12/2011 • Version imprimable

 Une série d’initiatives seront en outre prises pour favoriser la transition écologique de l’économie et développer les emplois verts. […]

Le Gouvernement ambitionne que la Belgique rejoigne le groupe des Etats européens pionniers dans la transition vers de nouveaux modes économiques de production et de consommation durables. Réduire drastiquement la consommation de ressources naturelles et d’énergie (en particulier les combustibles fossiles) est essentiel non seulement pour la préservation de l’environnement, mais doit aussi renforcer la compétitivité de nos entreprises et la création d’emplois[1].

Si, si, croyez-le ou pas. Nous prenons le chemin de la transition… En tous les cas, c’est écrit noir sur blanc dans le Projet de Déclaration de Politique Générale. Maintenant, si les paroles s’envolent et les écrits restent, les promesses n’engagent, elles, que ceux qui y croient. Et bien, là, je n’y crois pas… Je n’y crois vraiment pas.

Il est impensable de concevoir que les signataires de cette déclaration de politique générale soient convaincus par la transition écologique de l’économie. Je ne dis pas qu’il se pourrait que l’un ou l’autre n’ait pas été séduit par ce concept. Et il n’est pas impossible qu’il ait réussi à inscrire ces quelques phrases, discrètement, dans ce texte de 170 pages. Mais honnêtement, qui pourrait croire que tous les partis autour de la table soient prêts à se lancer dans ce voyage initiatique.

Le gouvernement soutiendra les énergies renouvelables, le gouvernement fera ceci, fera cela… Mais la première chose est de supprimer les primes en matière d’économie d’énergie. Cela coule de source, non ? Les 15% pour les voitures, d’accord. Ce n’est pas comme cela qu’il fallait réfléchir en matière de mobilité. Mais le reste… cela touche l’amélioration énergétique du parc immobilier. Un enjeu fondamental en regard tant du dérèglement climatique que de l’augmentation des prix de l’énergie. Les investissements dans le rail ne sont pas non plus une priorité.

Par contre, s’il y a bien une Réforme du régime fiscal des voitures de société, cette réforme ne modifiera vraisemblablement pas le paysage automobile. L’avantage en nature sera désormais calculé en fonction de la valeur catalogue du véhicule et de son impact sur l’environnement (émission de CO2). Le coût de ce nouveau régime fiscal sera pour 50% à charge du bénéficiaire à titre de personne physique et pour 50% à charge de la société qui met le véhicule à disposition.

J’ai beau lire les 172 pages de cet accord, rien ne me porte à croire à un départ, joyeux, forcé, sur la route de la transition.

Seule consolation est la régionalisation partielle du code de la route. Cela comprend notamment la détermination des limites de vitesse sur la voie publique, sauf sur les autoroutes, et le contrôle des règles du Code de la route qui sont régionalisées, en ce compris la fixation des sanctions administratives et pénales. Cela pourra permettre d’être innovant en Wallonie en lançant la Ville 30, le 30 km/h en agglomération.

Ce serait déjà un pas vers la transition… en tous les cas vers la convivialité.

Denis MARION

Entrepreneur sans but lucratif


Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.