S'identifier - S'inscrire - Contact

Grinch’eusement vôtre

• Mercredi 22/12/2010 • Version imprimable

Peut-on parler de nuit de cauchemar pour un passager bloqué dans un aéroport? Que dirait alors la journaliste pour les nuits d'un SDF?
Bon, il n’y a rien de très agréable de traîner ses guêtres dans le hall d’une aérogare. Mais pour la plupart des gens cela leur arrivera une fois dans leur vie. Peut-être deux fois cette année pour les plus chanceux qui voyagent beaucoup : un nuage de cendres et un de neige.
Cauchemar, cauchemar, de quoi tirer une larme du téléspectateur enfoncé dans son divan, bien au chaud. Surtout que tous les jours, on remet ça. Par contre, je n’ai pas vu grand-chose sur les personnes seules, les personnes âgées qui ne peuvent se déplacer, ceux dont les maisons ne sont guère chauffés, ou pire, ceux qui n’en ont plus.

Mais ce n’est guère sexy sans doute. La misère de celui qui rate un Noël en famille est bien plus photogénique qu’une vieille dame perdue dans un appartement dans lequel la température ne dépasse pas les trois ou quatre degrés. On joue clairement le drame d’une nuit contre le drame d’une vie.

Et puis, tous les autres qui se plaignent, les camionneurs qui ont dû rester sur le bas-côté, les fangios qui ont dû suivre les conducteurs (trop) prudents, les donneurs de leçons, qui réclament plus de sel, de plus grandes capacités de stockage, plus de matériel, plus de personnel (et moins fainéant) tout en oubliant le coût, y compris environnemental. Ceux qui font déjà les comptes du manque à gagner. Ho, je ne dis pas qu’ils ont toujours tort, mais enfin, en hiver, il y a de la neige. Sans doute que dans un monde parfait, la neige n’a sa place que sur les pistes et les cartes postales et certainement pas dans un univers de gens pressés.

Tiens, j’y pense. La situation que nous connaissons maintenant, avec des transports et des déplacements perturbés, c’est peut-être une version édulcorée de ce nous connaîtrions si le pétrole venait à manquer. Des voitures au garage et des avions qui restent sur le tarmac. Des fruits et des légumes frais qui n’arrivent plus (de loin). Un exemple de notre avenir ? Même si pour certains, cela doit être difficile à comprendre. Déjà que pour eux, un hiver rigoureux remet en cause le réchauffement climatique.
Ce ne sont pas les éclairages kitsch de mes voisins qui me redonneront le moral… du genre publicité pour un soda sirupeux. Pffff.
Enfin, il y a une chose de bien : j’éviterai les dindes à Noël. Je ne serais entouré que de jolies filles spirituelles.

Denis MARION
Grinch’ sans but lucratif.

Archives par mois


Recherche


Archive : tous les articles

A visiter

  • Blog à part
    • Des écrivains, des journalistes, des critiques littéraires et musicaux, venus d’horizons divers, rassemblés par Vincent Engel pour former une équipe virtuelle, sinon vertueuse… voilà ce que vous propose ce blog à part ! Des coups de gueule, des analyses, des comptes rendus, des sensibilités différentes; mais toujours la même liberté.
  • Vincent Engel
    • Professeur de littérature contemporaine à l'Université catholique de Louvain (UCL) et d'Histoire des Idées et de Formes Littéraires à l'IHECS, il a écrit de nombreux essais, romans, nouvelles ou pièces de théâtre. Il est aussi critique littéraire et chroniqueur
  • Epures ASBL
    • Trop de Bruit en Brabant wallon, l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon. (TBBW ASBL), actif particulièrement sur le territoire de la province du Brabant wallon, a changé de nom en 2013 pour s’appeler EPURES, Ensemble Pour Une Réflexion Environnementale Solidaire et ainsi mieux rendre compte de ses activités. En effet, créé en 2004, ce groupement de citoyens et son comité a mis dans un premier temps l'accent sur les nuisances aériennes provoquées par Bruxelles-National mais s'est, depuis, ouvert à d'autres problématiques environnementales, liées ou non au territoire de la province.